Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

"Je lui ai sauté dessus" : à Bourg-de-Péage, un buraliste désarme et maîtrise un braqueur

jeudi 28 février 2019 à 13:09 - Mis à jour le jeudi 28 février 2019 à 20:18 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Un homme a braqué un bureau de tabac jeudi 28 février au matin à Bourg-de-Péage, avenue John-Kennedy. Alerté par les cris de sa femme sur laquelle le fusil était pointé, le buraliste est descendu - en pyjama - et a réussi à désarmer le malfaiteur, qui a été placé en garde à vue.

Le tabac se trouve avenue John Kennedy à Bourg-de-Péage
Le tabac se trouve avenue John Kennedy à Bourg-de-Péage © Radio France - Alexandre Berthaud

Bourg-de-Péage, France

Il est 8 heures 20 environ jeudi 28 février, Marie-Hélène, buraliste à Bourg-de-Péage, range tranquillement ses cigarettes, "je faisais le plein comme on dit", précise cette femme de 60 ans. Alors, un homme, grand, entre dans le bureau de tabac. Marie-Hélène se retourne, elle l'aperçoit, "grand, tout en noir, avec un tee-shirt sur la tête et des sacs poubelles dans les mains". Il s'approche un peu plus et la buraliste aperçoit alors l'arme : un fusil à canon scié qu'il tient dans une main. Il porte également "une sorte de petit sabre" à la ceinture.

Le braqueur demande alors à la buraliste de remplir les sacs avec de l'argent. "Je lui ai expliqué qu'on était le matin, qu'on a rien à ce moment-là dans la caisse. Alors il m'a dit 'donne moi des cigarettes", raconte Marie-Hélène. Mais elle tremble, elle est tétanisée et elle crie 'au secours, j'ai peur'. Par chance, elle et son mari vivent à l'étage du dessus et il est réveillé.

"Il a tenté de s'enfuir, je lui ai sauté dessus"

Jean-Pierre Subra entend sa femme, il décide de descendre, en pyjama. Quand il se rend compte que le braqueur tient Marie-Hélène en joue, mais qu'il ne peut pas le voir à cause de son tee-shirt sur la tête, son sang ne fait qu'un tour. "Je me suis précipité sur lui pour enlever l'arme de devant la tête de ma femme. Ensuite il a tenté de s’enfuir, je lui ai sauté dessus, on s'est bagarré jusqu'à dehors, et là deux clients m'ont aidé à le maintenir", témoigne le buraliste, qui est allé en fin de matinée faire enregistrer sa déposition au commissariat.

"Je n'ai même pas regardé si l'arme était chargée, c'est plus fort que moi. Je ne supporte pas de travailler dix heures et que quelqu'un vienne me voler, ça ce n'est pas possible."

Les policiers sont ensuite arrivés pour interpeller l'homme. Il a été placé en garde à vue. Il s'agit du deuxième braquage en quatre ans pour Jean-Pierre et Marie-Hélène Subra. La dernière fois les deux braqueurs avaient pu repartir avec la caisse mais ils avaient été arrêtés le soir-même. 

L'œuvre d'un amateur ?

Là, le malfaiteur semblait mal préparé. "Ma mère l'a vu, depuis sa fenêtre", raconte une habitante du quartier, "il s'est garé pas loin de là, il a mis le tee-shirt sur sa tête, il était très suspect, il n'arrêtait pas de faire des allers-retours. Et puis pourquoi faire un braquage le matin quand il n'y a rien dans la caisse", s'interroge-t-elle. Le buraliste dit avoir reconnu le braqueur, il serait déjà venu faire des achats dans son bureau de tabac. 

Pour Jean-Pierre Subra, les buralistes deviennent des cibles à cause des hausses des prix du tabac. "Quand vous voyez les cartouches de cigarette à plus de 80 euros, les camions qui transportent le tabac braqués, qu'on devienne des cibles, j'en suis persuadé".

L'homme sera déféré au parquet de Valence vendredi 29 février. 

Bourg-de-Péage, dans la Drôme - Radio France
Bourg-de-Péage, dans la Drôme © Radio France - Denis Souilla