Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bourges : de la prison ferme pour des parents maltraitants

mercredi 10 octobre 2018 à 20:45 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Un jeune couple de Neuvy-sur-Barangeon condamné à Bourges à cinq ans de prison pour la mère et six ans pour le père. Leur autorité parentale leur a également été retirée, ils étaient poursuivis pour des violences sur leur bébé.

Le prétoire du tribunal de grande instance de Bourges
Le prétoire du tribunal de grande instance de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Le tribunal de Bourges a condamné ce mercredi un couple de Neuvy-sur-Barangeon à cinq et six ans de prison pour des maltraitances sur leur bébé. Les médecins ont constaté une dizaine de fractures sur le corps de cette petite fille de trois mois. Le calvaire de l'enfant a duré deux mois, avant qu'une assistante maternelle n'emmène le bébé à l'hôpital et que les parents soient interpellés. 

Les parents victimes de violences dans leur enfance

Des parents, à l'enfance meurtrie eux aussi. "D'après vous, votre bébé aurait tenu combien de temps ?" la question du procureur est directe. La réponse de la maman, âgée de 19 ans à l'époque, tout autant : "pas longtemps". Onze fractures ont été relevées, au bras, aux côtes, à la jambe, des signes d'étranglement et même un enfoncement crânien, des gifles, des coups de poing au ventre. Le rapport du médecin et les constatations des enquêteurs font froid dans le dos. Le père assume et regrette aujourd'hui : "Je voulais qu'elle arrête de pleurer." Lui même est angoissé, impulsif, dépressif, il passe ses journées sur des jeux vidéos, tandis que des biberons sales traînent sur le sol. 

Des séquelles qui pourraient être graves pour le bébé

La maman est immature, fragile, peu structurée selon les experts. Sans doute violée dans son enfance par son père. C'était bien mal parti pour ce bébé. "Mon client n'est pas un sadique " plaide la défense. Lui-même était attaché au radiateur par ses parents, avant que la garde ne leur soit retirée. "Il se scarifie en prison pour se punir et ressentir la douleur qu'il a pu infliger à son enfant", explique maître Barré. Pas de quoi attendrir le tribunal, la jeune victime pourrait avoir de graves séquelles. A deux ans, elle ne marche pas, et parle très peu, mais rien n'est encore définitif à son âge.