Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bourges : l'enquête ne permet pas d'identifier le policier qui a blessé un gilet jaune le 12 janvier

-
Par , France Bleu Berry

Le procureur de la république de Bourges n'entamera pas de poursuite après la blessure d'un gilet jaune le 12 janvier, lors de la manifestation régionale à Bourges. L'enquête n'a pas permis de retrouver le policier à l'origine du tir de LBD.

Le gilet jaune avait été blessé le 12 janvier, après des dégradations aux abords de l'ancienne maison de la culture de Bourges
Le gilet jaune avait été blessé le 12 janvier, après des dégradations aux abords de l'ancienne maison de la culture de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Un manifestant de 36 ans avait été gravement blessé à la tête. Il va mieux aujourd'hui et le procureur de la république attendait le rapport d'enquête de l'inspection générale de la police nationale. Un rapport qui ne permet d'incriminer aucun policier précisément. L'affaire est donc classée. D'après l'enquête de l'IGPN, ce manifestant n'était pas directement visé par les policiers. Il se trouvait à l'arrière d'éléments radicaux qui faisaient face aux CRS, en fin de manifestation, aux abords de l'ancienne maison de la culture. Ces manifestants avaient érigé une barricade avec des panneaux, des barrières et des tôles. Un policier a tiré dans leur direction une balle de défense, mais elle aurait manqué sa cible et poursuivi sa trajectoire pour atteindre cet homme qui ne participait pas à la confrontation. Il avait été atteint à la tête et avait été transporté à Tours pour un traumatisme crânien. La victime avait perdu l'usage de la parole pendant plusieurs jours. L'IGPN, selon le procureur, n'a pas pu identifier le policier qui a tiré. Il n'y aura donc pas de suite. A moins que la victime décide de saisir le tribunal administratif pour attaquer directement l'état. Son avocate n'a pas souhaité répondre à nos sollicitations.

Choix de la station

France Bleu