Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bourges : la cour d'appel épargne la centrale nucléaire de Belleville

-
Par , France Bleu Berry

La cour d'appel de Bourges rejette en partie la demande du réseau "Sortir du Nucléaire". Les écologistes souhaitaient qu'une action puisse être engagée contre EDF et la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire suite aux nombreux manquements observés par l'autorité de sûreté nucléaire.

Les associations écologistes en partie désavouées devant la cour d'appel de Bourges, ne renoncent pas dans leur combat contre la centrale de Belleville sur Loire
Les associations écologistes en partie désavouées devant la cour d'appel de Bourges, ne renoncent pas dans leur combat contre la centrale de Belleville sur Loire © Radio France - Michel Benoit

La plainte du réseau "Sortir du Nucléaire" devant le tribunal de police de Bourges avait été classée sans suite. L'association avait donc saisi la cour d'appel qui ne lui donne néanmoins pas entièrement tort. La cour d'appel infirme la position du tribunal de police en mars 2017. Le tribunal de police de Bourges qui avait frappé de nullité la demande du réseau "Sortir du Nucléaire" contre la centrale de Belleville-sur-Loire. Les écologistes y voient là une avancée, mais ils ressentent également une grande frustration puisque la cour d'appel estime que ces associations écologistes sont irrecevables. En clair, elles ne seraient pas légitimes à saisir la justice. Cela, Catherine Fumé, représentante du réseau "Sortir du Nucléaire", ne le comprend pas : "Si nous, à la fois association nationale qui avons l'agrément défense de l'environnement, et association locale qui vivons juste à côté des réacteurs de Belleville ;  si nous, nous n'avons pas intérêt à agir, qui l'a ?" 

Françoise Pouzet, présidente de l'association locale Sortir du Nucléaire (à gauche) et Catherine Fumé, représentante du Réseau Sortir du Nucléaire.
Françoise Pouzet, présidente de l'association locale Sortir du Nucléaire (à gauche) et Catherine Fumé, représentante du Réseau Sortir du Nucléaire. © Radio France - Michel Benoit

Les écologistes, évidemment n'abandonnent pas le combat : ils vont probablement saisir la cour de cassation. Ils y sont encouragés par quelques unes de ses décisions récentes : "On a gagné plusieurs fois devant la cour de cassation notamment contre la centrale de Chinon où il y avait des infractions en cascade, relevées par l'autorité de sûreté nucléaire, comme à Belleville. Hier encore, nous avons gagné en cassation concernant Fessenheim, pour une affaire où justement, comme ici, on nous reprochait une erreur de forme dans la procédure où nous n'avions pas nommé le directeur de la centrale." La centrale de Belleville-sur-Loire est toujours placée sous surveillance renforcée par l'autorité de sûreté nucléaire depuis septembre 2017, même si des progrès notables ont été observés, selon EDF.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess