Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bourges : la fillette victime d'actes de torture est décédée

jeudi 18 janvier 2018 à 20:21 - Mis à jour le vendredi 19 janvier 2018 à 8:29 Par Jonathan Landais et Carl Dechâtre, France Bleu Berry, France Bleu Touraine et France Bleu

La fillette de six ans qui avait été hospitalisée début janvier à Tours après avoir été victime d'actes de torture est décédée cette semaine des suites de ses blessures.

Le Palais de Justice de Bourges.
Le Palais de Justice de Bourges. © Maxppp - Photographie : Stéphanie Para

Bourges, France

Tragique rebondissement dans l'affaire de la petite fille victime d'actes de torture dans le Cher. Cette fillette de 6 ans a fini par succomber à ses blessures à l’hôpital de Tours où elle se trouvait hospitalisée depuis près de trois semaines. L'enfant n'était jamais sorti du coma depuis son entrée à l’hôpital dans un état extrêmement critique.

Nouveaux actes d'accusation

Le décès de l'enfant change le cours de la procédure à l'encontre des principaux suspects de ces actes de tortures, à savoir la mère de la fillette et son compagnon. Ils vont désormais être mis en examen "pour actes de torture et de barbarie ayant entraîné la mort de la victime". Ils encourent une peine de réclusion criminelle à perpétuité.

Le couple semble mal mesurer la gravité de la situation

Le couple continue de nier les faits et assure ne pas avoir donné de coups à la fillette ou en tout cas rien de grave. Ces déclarations sont en contradiction totale avec les constatations médico-légales. "L'un ou l'autre ou les deux mentent" a confié le Procureur, "ce qui ne facilite pas la détermination des faits". Les deux parents seront convoqués prochainement devant les juges d'instruction pour se voir officiellement notifier le changement de qualification de leur mise en examen.