Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Le meurtrier de la policière Anne Pavageau, tuée en 2011 à Bourges, remis en liberté

mardi 31 janvier 2017 à 18:51 - Mis à jour le mercredi 1 février 2017 à 11:37 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Le meurtrier d'Anne Pavageau a été remis en liberté. La policière avait été tuée à coups de sabre japonais à la préfecture de Bourges en octobre 2011. Les policiers de Bourges qui viennent d'apprendre la nouvelle sont vent debout contre cette décision qui remonte à juin 2015.

Police (illustration)
Police (illustration) © Radio France - Stéphane Milhomme

Bourges, France

La décision n'est pas récente mais elle n'est arrivée à Bourges qu'il y a quelques jours. Le meurtrier d'Anne Pavageau serait libre depuis juin 2015, soit moins de quatre ans après son internement. L'information met le feu aux poudres , provoquant la colère des policiers et des proches de la victime.

En octobre 2011, la policière Anne Pavageau, alors agée de 30 ans, mère de deux enfants, a été tuée à coups de sabre japonais à la préfecture de Bourges . Son meurtrier, Olivier Roson a échappé à toute condamnation puisqu'il avait été déclaré schizophrène et donc jugé irresponsable en août 2013. Il a été interné à l'unité pour malades difficiles de Cadillac en Gironde. Sur décision médicale, il serait déjà sorti.

Indignation du syndicat de l'Unité SGP Police dans le Cher

David Auroi, secrétaire départemental Unité SGP Police dans le Cher se dit abasourdi et indigné comme ses collègues. Le délégué syndical estime cette décision "un peu rapide alors qu'il faut au moins cinq ans pour qu'un traitement anti-schizophrénie, donne ses premiers résultats tangibles" David Auroi affirme également que Olivier Roson, aurait trahi son interdiction de revenir dans le Cher. Il aurait été aperçu à Bourges fin 2016, début 2017. Le parquet de Bourges serait en train de vérifier cette dernière information.