Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bourges : le tribunal relaxe deux anciens cadres de Bourges Plus accusés de harcèlement

vendredi 9 novembre 2018 à 15:33 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Le 2 octobre 2013, un chef de service s'était pendu dans les locaux de la communauté d'agglomération de Bourges. Le tribunal n'a pas retenu la responsabilité directe de sa hiérarchie.

Le prêtoir du tribunal correctionnel de Bourges
Le prêtoir du tribunal correctionnel de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Les deux anciens cadres de la communauté d'agglomération de Bourges étaient poursuivis pour harcèlement moral, agissements répétés ayant pour objet ou effet une dégradation des conditions de travail pouvant porter atteinte aux droits, à la dignité, à la santé ou à l'avenir professionnel d'autrui. Le parquet avait notamment requis quinze mois de prison avec sursis et une amende de 10.000 euros. Le chef du service de l'eau s'était pendu dans une cage d'escalier de Bourges +. La veille, il avait adressé un mail à un collègue pour indiquer qu'il n'avait plus le courage de continuer son travail, alors qu'une nouvelle organisation de ce service de l'eau devait être mise en place. Un rapport de décembre 2014 avait d'ailleurs conclu à une culture de la dictature dans les services de Bourges Plus. Le tribunal n'a donc pas incriminé directement l'ancien directeur général des services et l'ancien directeur des services à la personne qui étaient poursuivis. Les juges ont estimé que les responsables n'avaient pas outrepassé leurs fonctions dans les menaces de sanction qu'ils avaient adressées mais que la victime ne se retrouvait pas dans la nouvelle orientation qui était exigée de lui.