Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bourges : les policiers attendent avec impatience le centre de rétention qui s'ouvrira à Orléans

-
Par , France Bleu Berry

La création d'un centre de rétention administrative à Orléans (le ministre de l'intérieur l'a annoncé officiellement cette semaine) va faciliter le travail des forces de police du Cher.

L'ouverture d'un centre de rétention administrative à Orléans devrait faire gagner du temps aux policiers du Cher
L'ouverture d'un centre de rétention administrative à Orléans devrait faire gagner du temps aux policiers du Cher © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Actuellement, les étrangers du Cher qui font l'objet d'une procédure d'expulsion sont reconduits à l'aéroport, ou au centre de rétention de Rennes, à plus de 400 km de Bourges (parfois Rouen) ! Il faut dire qu'il n'y a plus de centre de rétention en région Centre Val de Loire depuis la fermeture de celui d'Orléans en 2010. Il était trop vétuste. L'état va donc investir 13 millions d'euros dans un nouveau centre, installé à Olivet,  près du campus de la Source, au sud d'Orléans. Il comptera 90 places. Ouverture prévue pas avant 2023.  

Stéphane Garcia, délégué départemental du syndicat Alliance Police pour le département du Cher. - Radio France
Stéphane Garcia, délégué départemental du syndicat Alliance Police pour le département du Cher. © Radio France - Michel Benoit

Courir à Rennes, relève de l'expédition... Une escorte jusque Rennes, c'est environ douze heures A/R avec le fourgon de police de Bourges. C'est compliqué en termes de ressources humaines, puisque cela donne droit à des heures supplémentaires ou des récupérations. L'administration a donc essayé de mettre en place une organisation particulière que nous explique Stéphane Garcia, délégué du syndicat Alliance pour le Cher : " L'administration, sous l'impulsion de notre syndicat, a mis en place des navettes. Généralement, on va jusqu'au Mans (voire Angers) et Au Mans, ce sont les policiers de la ville qui prennent le relais. Mais c'est une organisation au niveau de la zone de défense, et c'est Rennes qui décide si on peut mettre en place ce relais. Ce n'est pas toujours possible, car les effectifs ne le permettent pas toujours." 

Une fois ouvert, le centre de rétention administrative devrait gagner du temps aux policiers du Cher - Radio France
Une fois ouvert, le centre de rétention administrative devrait gagner du temps aux policiers du Cher © Radio France - Michel Benoit

Une tâche chronophage et qui revient assez cher : " Ces transports sont entièrement financés par le budget propre du commissariat : essence, péage d'autoroute, ça commence à faire des sommes, estime David Auroi, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police. On effectue environ 200 missions de ce genre par an à Bourges. Vierzon en réalise également beaucoup. Les collègues ont également énormément de difficultés à récupérer leurs heures. C'est généralement la brigade de jour qui s'occupe de cela et les effectifs y sont particulièrement tendus.

Le commissariat de police de Vierzon (Cher) - Radio France
Le commissariat de police de Vierzon (Cher) © Radio France - Michel Benoit

De Bourges à Orléans, il ne faudra plus que quatre heures, A/R. Du mieux. Stéphane Garcia attend néanmoins encore quelques éclaircissements sur la prise en charge de ces étrangers en attente d'expulsion à Orléans : " Encore faut-il qu'il y ait les effectifs suffisants de Police de l'Air et des Frontières (PAF) sur place puisque c'est à eux qu'incombe la surveillance de ces étrangers en situation irrégulière, une fois arrivés en centre de rétention administrative." Le ministère semble vouloir mettre les moyens puisque la PAF devrait bénéficier de 1.200 m2 de locaux adossés à ce nouveau centre de rétention Orléanais. Les policiers de du Cher devront néanmoins encore faire preuve d'au moins trois ans de patience.

Choix de la station

France Bleu