Infos

Bourges : licencié pour avoir affiché un dessin tiré du Livre de la Jungle, il gagne aux prud'hommes

Par Jonathan Landais, France Bleu Berry et France Bleu mercredi 14 septembre 2016 à 6:49

Quand le serpent Kaa hypnotise Mowgli.
Quand le serpent Kaa hypnotise Mowgli. - Capture d'écran ©Youtube/Disney musique

INFO FRANCE BLEU BERRY | Un salarié de Bouygues Télécom avait été licencié en 2015, la direction lui reprochant d'avoir fait preuve d'ironie en utilisant un passage du dessin animé le Livre de la jungle. Il vient d'obtenir gain de cause aux prud'hommes de Bourges.

Faire de l'ironie n'est pas une cause de licenciement. Un cadre du centre d'appels Bouygues Telecom de Bourges avait été licencié en mars 2015 après avoir affiché un dessin tiré du Livre de la Jungle. Le conseil des prud'hommes de Bourges vient de lui donner raison.

La chanson "Aie confiance"

A l'époque, "mon client avait estimé qu'on avait expliqué que tout allait bien dans le meilleur des mondes, et il avait pensé que ce n'était pas tout à fait vrai", explique à France Bleu son avocat, maître Serge Nonin. Ce salarié avait alors envoyé un mail reprenant de manière humoristique un passage du Livre de la Jungle, la chanson "Aie confiance" où Mowgli est hypnotisé par le serpent Kaa.

Une communication moqueuse et dégradante selon la direction

Suite à cela, la direction de Bouygues lui avait reproché d'être coutumier "d'une communication moqueuse et dégradante". Mais les prud'hommes de Bourges n'ont pas suivi cet argument et pour l'avocat du salarié licencié, cette explication ne tient pas : "quand on prend la chronologie de l'affaire, on s'aperçoit que le fameux passage du Livre de la Jungle, c'est en début d'année... mais il se trouve qu'il n'a pas été licencié tout de suite" .

Maître Nonin s'étonne également : "quelques semaines après ce mail, un représentant national du syndicat auquel il appartient vient informer la direction que mon client va être candidat aux élections des délégués du personnel, ce qui lui donne normalement une protection pendant une durée de six mois".

61.000 euros d'indemnités

Ce que le conseil des prud'hommes reproche surtout à Bouygues Télécom, c'est d'avoir licencié ce cadre sans l'autorisation de l'inspection du travail : l'ironie dont il a fait preuve n'aurait donc été qu'un prétexte pour se débarrasser de lui. Le conseil lui octroie 61.000 euros d'indemnités.

Pour autant, avait-il le droit de diffuser de cette manière ce trait humoristique ? "Oui" répond son avocat : "si on regarde la jurisprudence, à partir du moment où on reste dans le cadre de l'humour, il n'y a absolument aucun problème".

Partager sur :