Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Bourges : lutter plus efficacement contre les discriminations

-
Par , France Bleu Berry

Mieux agir contre les discriminations sous toutes leurs formes, que ce soit à l'embauche, au logement, à l'école, dans les stades en raison de son origine ou de son orientation sexuelle. Un plan d'action se dessine dans le Cher.

Les groupes de travail contre les discriminations ont rendu leurs propositions d'action dans le Cher
Les groupes de travail contre les discriminations ont rendu leurs propositions d'action dans le Cher © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Les pouvoirs publics vont prendre le taureau par les cornes : la préfecture veut inciter les victimes à saisir le défenseur des droits, voir à porter plainte. Des testings pourraient même être organisés pour confondre les propriétaires qui refusent de louer à une personne étrangère, ou les patrons d'en embaucher. Si la preuve est souvent difficile à apporter, des recours existent cependant...  L'une des armes les plus efficaces est de saisir le représentant du défenseur des droits. Dans le Cher, Alain Belhadj a ouvert cinq dossiers pour discrimination à l'embauche : " La discrimination par exemple à l'emploi, c'est à dossier égal, on prend quelqu'un qui n'a pas un nom à consonance étrangère. Dans ce cas, je vais voir l'employeur et je lui explique les valeurs de la république, le bien vivre ensemble. Je lui explique aussi que si on n'a pas réussi à prouver ce qu'il a fait, il y a un certain nombres d'éléments qui laisseraient à penser qu'il ne vaudrait mieux pas qu'il recommence. J'ai eu le cas récemment, et la personne discriminée, suite à mon intervention a pu être embauchée sur un autre poste dans un autre magasin de cette chaîne de supermarchés." 

Le plan national se décline dans les départements - Radio France
Le plan national se décline dans les départements © Radio France - Michel Benoit

Le parquet de Bourges n'a eu aucune plainte pour discrimination à traiter pour le moment. Il est vrai que l'intention est souvent difficile à prouver et que les victimes hésitent à se signaler. Concernant les insultes ou les discriminations homophobes, elles ont tendance à augmenter. A l'école, mais aussi dans le sport. Le constat est clair, les propos racistes, la violence gangrènent désormais d'autres sports que le football : le rugby et même le basket sont concernés. Les instances sportives du Cher réagissent : elles viennent de lancer des actions très concrètes pour diminuer les insultes ou la violence dans les stades. Les moniteurs des 300 clubs du Cher vont être formés pour réagir après des propos injurieux ou discriminatoires. Les clubs ont également reçu pour consignes de mieux surveiller les réseaux sociaux : " On s'aperçoit que certains jeunes utilisent les réseaux sociaux pour se donner rendez-vous dans des stades où la violence est récurrente, explique Raymond Oury, président du comité départemental olympique et sportif du Cher. Le but, c'est de les repérer et surtout de les anticiper. Il faut gérer et prévenir le risque."

Les stades de football ne sont plus seuls lieux sportifs où la haine et les propos racistes ou homophobes s'expriment - Radio France
Les stades de football ne sont plus seuls lieux sportifs où la haine et les propos racistes ou homophobes s'expriment © Radio France - Michel Benoit

L'idée a été lancée de réduire les subventions des clubs les moins exemplaires. Raymond Oury n'y souscrit pas : " Réduction de subventions, peut-être pas. Les clubs ne sont pas forcément responsables de leurs joueurs. Mais, sanctions plus sévères pour le joueur, oui, en supprimant la licence carrément." Mais  que faire des supporters indélicats : là encore les clubs se sentent désarmés : " Les quelques bénévoles de chaque club, n'auront pas spécialement force de police pour faire sortir ces gens." regrette Raymond Oury. La menace de matchs à huis-clos reste l'une des armes les plus efficaces, encore faut-il que les dérives verbales soient signalées., notamment par les délégués de stade et les arbitres.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu