Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bourges : un moment de recueillement devant le commissariat, après l'attentat de Rambouillet

-
Par , France Bleu Berry

Une soixantaine de personnes, des policiers mais aussi le maire de Bourges, des élus locaux et des candidats aux prochaines élections régionales ou départementales, se sont rassemblées ce lundi soir devant le commissariat de Bourges à 17H30.

Policiers et élus locaux se sont rassemblés devant le commissariat de Bourges à 17H30
Policiers et élus locaux se sont rassemblés devant le commissariat de Bourges à 17H30 © Radio France - Michel Benoit

Les syndicats de police avaient appelé à saluer la mémoire de l'agente administrative de 49 ans, tuée vendredi au commissariat de Rambouillet, dans les Yvelines. A Bourges, plusieurs dizaines de personnes, dont des élus locaux, se sont rassemblées devant le commissariat ce lundi. Côté enquête, une cinquième personne a été placée en garde à vue dimanche soir. Le meurtrier, un tunisien, s'était radicalisé depuis l'automne dernier, selon le procureur du parquet national anti-terroriste. 

Un rassemblement alors que le débat resurgit sur un lien entre immigration et radicalisation. Même si pour Stéphane Garcia, délégué du syndicat de policiers Alliance, dans le Cher, l'heure était au recueillement et pas aux revendications, "ne serait-ce que par rapport à la famille, lui montrer que c'est l'ensemble de la police nationale qui s'associe à son deuil. C'est un drame de plus qui nous touche, nous policières et policiers dans notre ensemble. Il faut remettre au centre, la valeur de la sanction. La loi de la république doit s'appliquer et il faut appliquer ces sanctions quel que soit le crime. On doit aller beaucoup plus loin en matière de recherche et de détection des réseaux, en matière d'expulsion du territoire. Mais ce soir, l'heure n'est pas au débat, elle est recueillement." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess