Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Boutiques vendant du CBD à Vesoul : les deux vendeurs sont mis en examen

jeudi 13 septembre 2018 à 18:59 - Mis à jour le vendredi 14 septembre 2018 à 12:15 Par Laurine Benjebria, France Bleu Besançon

Le deux vendeurs de CBD placés en garde à vue cette semaine à Vesoul, sont mis en examen ce vendredi. Des scellés ont été posés sur leurs portes. Ils sont soupçonnés d'avoir vendu du cannabis.

Une des boutiques perquisitionnées ce mercredi à Vesoul
Une des boutiques perquisitionnées ce mercredi à Vesoul - Procureur de la République de Haute-Saône

Vesoul, France

Premières mises en examen concernant le CBD en Haute-Saône. Après avoir été présentés devant un juge d'instruction, les deux gérants des boutiques de CBD de Vesoul ont été mis en examen ce jeudi pour trafic de produits stupéfiants. Des scellés ont été placés sur les portes des magasins.

Premières perquisitions franc-comtoises

Deux perquisitions ont été menées ce mercredi dans des magasins vendant du CBD à Vesoul. Les deux vendeurs sont alors placés en garde à vue et leur stock saisi pour des analyses.  Des analyses commandées pour vérifier notamment le taux de THC contenu dans les produits vendus. Car si la vente du CBD, dérivé du cannabis, est autorisée, elle devient cependant illégale dès lors qu'il y a la moindre trace de THC.

Ce jeudi soir, les deux gérants des magasins ont été présentés devant un juge d'instruction et le parquet a demandé les fermetures administratives des magasins. Ils ont été mis en examen pour : trafic de produits stupéfiants ; acquisition offre ou cession de plantes ou substances vénéneuses ; mise à disposition, commercialisation, distribution d’un médicament sans autorisation de mise sur le marché, réalisation ou diffusion de publicité en faveur d’un médicament n’ayant pas fait l’objet d’une autorisation de mise sur le marché ; tromperie sur les qualités substantielles du produit (affirmation erronée sur les qualités thérapeutiques des produits à base de cannabidiol). Leurs boutiques sont fermées sur ordre de la justice.