Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Braconnage dans les calanques de Marseille

mercredi 25 octobre 2017 à 22:36 Par Romane Porcon, France Bleu Provence

Une équipe de braconniers comparaît le 8 novembre prochain devant le tribunal correctionnel de Marseille. Pendant des mois ils se sont livrés à un véritable pillage dans le parc des calanques. On parle de 24.000 oursins, des coquillages par millier, des poulpes et des centaines de kilos de poissons.

Les braconniers se sont emparés de 24.000 oursins dans les calanques de Marseille
Les braconniers se sont emparés de 24.000 oursins dans les calanques de Marseille © Maxppp - Christian Watier

Des coquillages par millier, des poulpes, des centaines de kilos de poissons et 24 000 oursins. Voilà le butin pillé par une équipe de braconniers dans les calanques de Marseille. Ils vont comparaître le 8 novembre prochain devant le tribunal correctionnel de Marseille.

Chez les grossistes, les poissonniers et même les restaurateurs marseillais

Apparemment tout le monde y trouvait son compte. Les chasseurs sous-marin : quatre hommes très expérimentés opéraient de nuit dans les eaux protégée du parc national des calanques, une partie de cette zone est pourtant très polluée par le déversement d'eaux usées et la pêche y est évidemment interdite.

Une dizaine de receleurs prenaient ensuite le relais. Un pêcheur professionnel ayant au préalable apposé des étiquette sanitaires réglementaires, les prises se retrouvaient ensuite sur les étales des grossistes, des poissonniers et même sur les table de grand restaurateurs marseillais.

Il a fallu une vaste opération de gendarmerie de plusieurs mois pour mettre à jour ce réseau, signe de l'impunité des braconniers, l'un de leur bateau portait le nom de bracoboat, la justice appréciera. Ces vastes opérations de pillage auraient rapporté à ses auteurs plus de 166.000 euros.