Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Braquée deux fois en 15 jours, une commerçante de Poitiers ferme le rideau provisoirement

vendredi 28 décembre 2018 à 15:57 Par Baudouin Calenge, France Bleu Poitou

Le tabac presse situé 58 avenue de la Libération à Poitiers est fermé depuis jeudi soir, depuis qu'il a été la cible d'un nouveau braquage à main armée. C'est la deuxième fois ce mois-ci qu'il en est victime. Et le braqueur serait le même selon la gérante.

Voilà le message que l'on peut lire sur la vitrine du tabac presse de Véronique Lachaume
Voilà le message que l'on peut lire sur la vitrine du tabac presse de Véronique Lachaume © Radio France - Baudouin Calenge

Poitiers, France

Une petite affiche collée sur la vitrine de son magasin résume le désarroi de cette commerçante : "suite à un deuxième braquage en 15 jours, le commerce reste fermé jusqu'à nouvel ordre !". Jeudi soir, peu avant la fermeture, Véronique Lachaume, qui tient un tabac presse avenue de la Libération à Poitiers, est braquée par un individu armé d'un couteau. Le même que lors du premier braquage affirme la commerçante. 

Le braqueur promet de revenir

Comme la première fois, l'individu s'est emparé de la caisse et de cigarettes.  Cette fois, il n'avait même pas le visage dissimulé par son écharpe affirme la commerçante inquiète car "il a dit qu'il reviendrait". D'ailleurs ce vendredi, elle est retournée dans son commerce pour attendre les policiers. Et le seul fait de voir défiler des passants devant sa vitrine lui a fait peur.