Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bressuire : 29 ex-salariés de BRM aux Prud'hommes

lundi 6 novembre 2017 à 6:01 Par Noémie Guillotin, France Bleu Poitou

En janvier 2016, la société BRM, à Bressuire, était liquidée, victime d'une arnaque "au faux président". 29 salariés sur 44 ont saisi les Prud'hommes. Une première audience se tient ce lundi à Thouars.

L'entreprise BRM a perdu toute sa trésorerie dans l'arnaque au président
L'entreprise BRM a perdu toute sa trésorerie dans l'arnaque au président © Radio France - Marie-Coralie Fournier

Deux-Sèvres, France

L'affaire avait marqué les esprits à la fin de l'été 2015. BRM, société installée à Bressuire, est victime d'une arnaque au faux président. Des malfaiteurs se font passer pour le patron, usurpent son identité, créent de fausses adresses et poussent la comptable à faire des virements. En un mois, les caisses sont vidées : 1,6 millions d'euros.

Six mois plus tard, en janvier 2016, la liquidation judiciaire de ce fabricant de mobilier pour médiathèques et bibliothèques est prononcée, faute de repreneur. 44 salariés se retrouvent sur le carreau. 29 ont depuis décidé d'engager une procédure aux Prud'hommes. Ils sont représentés par un ténor du barreau, maître Fiodor Rilov. Surnommé "l'avocat rouge", c'est la bête noire des grands patrons. Il a défendu les "Conti" ou encore la CGT Goodyear d'Amiens. Dans le dossier BRM, une première audience a lieu ce lundi à Thouars.

"Les salariés se demandent pourquoi une telle catastrophe sociale a pu se produire ?", maître Fiodor Rilov

"La société BRM appartenait à un groupe important avec des moyens significatifs", rappelle maître Fiodor Rilov. "Il y a eu cette arnaque au faux président qui a vidé les caisses mais cette structure aurait pu être soutenue par le groupe Eurofind Holdings", poursuit-il. Il demande à avoir accès à toutes les pièces nécessaires pour établir la vérité.

Dans ce dossier, l'avocat demande également réparation, entre 20.000 et 150.000 euros de dommages et intérêts pour chaque salarié.