Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Brest : la voiture anti-stationnement gênant épinglée par la Cnil

La Cnil, le gendarme de l'informatique, a mis en demeure la ville de Brest de cesser d'utiliser sa voiture Lapi, qui photographie les plaques d'immatriculation des véhicules mal garés et envoie automatiquement des contraventions pour stationnement gênant ou très gênant.

La voiture Lapi en service à Brest
La voiture Lapi en service à Brest © Radio France

Quatre communes ont été épinglées par la Cnil, la Commission nationale informatique et Libertés, pour l'utilisation d'un système de verbalisation automatique par reconnaissance des plaques d'immatriculation. Parmi elles, la ville de Brest et sa voiture Lapi (Lecture automatique des plaques d'immatriculation). 

Huit caméras et un millier de verbalisations par mois

Cette Zoé blanche électrique est dotée de huit caméras. À son bord, deux agents de la police municipale : le conducteur et un agent chargé de veiller au bon fonctionnement de l'engin, et de déclencher les photos dès qu'un stationnement gênant ou très gênant est repéré, sur les trottoirs, les passages piétons, les pistes cyclables. Elle reconnait toute seule les plaques d'immatriculation, et envoie automatiquement des verbalisations. Il y a un an, elle avait à son actif environ un millier de verbalisations par mois.

Sauf que selon la Cnil, ce genre de véhicule, qui sanctionne sans intervention humaine, ne peut être utilisé que pour les entorses au stationnement payant, et pas pour des infractions pénales comme le stationnement gênant ou dangereux. Ce qui est précisément l'utilisation qu'en fait la Ville de Brest.

La Ville de Brest va présenter ses arguments

La ville a deux mois pour contester cette mise en demeure de la Cnil. Elle annonce qu'elle va présenter ses arguments pour tenter de justifier l'utilisation de la voiture Lapi, et pouvoir continuer à l'utiliser "pour verbaliser ces infractions particulièrement gênantes pour les piétons, les cyclistes et les autres usagers" précise la municipalité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess