Faits divers – Justice

A Brest, pompiers et infirmiers rejoignent les policiers

Par Annaïg Haute et Hervé Cressard, France Bleu Breizh Izel mercredi 26 octobre 2016 à 4:19

Plusieurs corps de métiers sont venus dire leur ras-le-bol des incivilités et des agressions.
Plusieurs corps de métiers sont venus dire leur ras-le-bol des incivilités et des agressions. © Radio France - Hervé Cressard

Une manifestation hors cadre syndical a rassemblé 200 personnes hier soir, devant la mairie de Brest. Les policiers sont rejoints par d’autres corps de métier pour dire leur ras-le-bol des agressions.

Alors que la manifestation à l’appel des syndicats n’a rassemblé que cinq personnes, hier, dans la cité du Ponant, des dizaines de personnes ont convergé vers la mairie de Brest, hier soir.

Ras-le-bol des agressions

200 manifestants environ. Des policiers actifs et retraités, la plupart en civil, mais également des pompiers en uniforme et du personnel infirmier du CHU. Tous pour dire leur ras le bol des agressions, et soutenir le mouvement en cours.

« Le risque, on le retrouve partout » - Un pompier

Pas de prise de parole d’un quelconque leader, mais les manifestants ont entonné La Marseillaise. Au micro de France Bleu, un pompier explique pourquoi il est venu soutenir les policiers : « On travaille souvent avec eux, donc on est confronté aux mêmes types de problèmes, même si nos missions à nous sont plus acceptées de la population. On voit que leur travail est vraiment difficile dans certains secteurs. Dans les quartiers sensibles, mais pas seulement. Le risque, on le retrouve partout, et ils sont toujours là pour nous appuyer, ils nous soutiennent aussi quand nous sommes en difficulté, mais eux le sont bien plus souvent que nous »

« On retrouve les mêmes problèmes d’agressivité à l’hôpital »

« Les problèmes de la police, on les retrouve aussi à l’hôpital, avec cette agressivité, les incivilités au quotidien ! Il y a une augmentation de la violence dans les services d’urgence », explique un manifestant, infirmier. Un autre ajoute : «C’est inadmissible, il n’y a pas de punition réelle pour ceux qui agressent d’autres personnes. Les policiers sont agressés, les fonctionnaires sont agressés... La kermesse est finie, il faut que les gens comprennent que c’est terminé ! »

Partager sur :