Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Brest : pourquoi ces agressions autour du port du masque ?

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Le week-end dernier, deux personnes ont été interpellées après avoir agressé des agents de sécurité qui leur demandaient, dans un bar et dans un centre commercial, de mettre un masque. Sans aller jusque-là, les cas de refus de port du masque se multiplient. Pourquoi le masque agace-t-il autant ?

Le masque est obligatoire dans tous les commerces , les bars et les restaurants
Le masque est obligatoire dans tous les commerces , les bars et les restaurants © Radio France - Nolwenn Quioc

Vendredi soir, à Brest, l'agent de sécurité d'un bar du bas de la rue de Siam a été agressé par un client qui refusait de porter un masque. Il a été victime de coups de couteau, et touché à l'œil. Son agresseur présumé a été mis en examen pour homicide volontaire. 

Samedi, re-belote, c'est dans un centre commercial brestois qu'une nouvelle agression a lieu : alors qu'il demande à un client de porter le masque obligatoire, un autre agent de sécurité est frappé. Le directeur du commerce, venu en renfort, essuie lui aussi des coups. 

Le masque "gène la communication non-verbale"

Ces dernières semaines, les réactions d'agacement voire de refus du port du masque se multiplient. Sans aller jusqu'aux agressions, les réactions sont parfois violentes lorsqu'un commerçant ou un agent de sécurité demande à un client de porter le masque, pourtant obligatoire. 

Pour Olivier Crasset, sociologue et enseignant à l'Université de Bretagne Ocidentale à Brest, cela s'explique par le fait que le masque "gène la communication non verbale. D'ailleurs les soignants ou les enseignants ont dû apprendre à compenser ce manque avec la parole et avec le corps". 

Une lassitude après des mois de crise sanitaire

Une situation qui peut vite dégénérer lorsqu'on a affaire à un agent de sécurité. "Dans le cadre d'une interaction rapide avec un inconnu en uniforme, ces difficultés de communication peuvent déboucher sur une réaction violente assez rapide" détaille le sociologue. 

Mais cela n'explique pas tout, poursuit l'enseignant brestois. "Il y a aussi une certaine lassitude dans la population, après plusieurs mois de crise sanitaire. Certains individus en viennent à considérer que le port obligatoire du masque est quelque chose qui va à l'encontre de leurs libertés individuelles".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess