Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Brest : quatre ans de prison pour le gérant de l'épicerie de la drogue

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Un homme a été condamné à 4 ans de prison ferme par le tribunal de Brest ce 28 octobre. Arrêté le 17 septembre, les policiers avaient retrouvé 1,1 kilo d'héroïne, dans l'épicerie qu'il gérait rue de Glasgow et à son domicile près de Morlaix. Son employée écope de 18 mois de prison.

L'épicerie, située rue de Glasgow à Brest, fournissait ses clients en cannabis, cocaïne et héroïne
L'épicerie, située rue de Glasgow à Brest, fournissait ses clients en cannabis, cocaïne et héroïne - Capture d'écran Google Maps

Brest, France

Sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel de Brest, ce lundi, un homme de 34 ans, et une femme de 18 ans. Arrêtés au mois de septembre, le gérant et la vendeuse du Papillon, une épicerie de la rue de Glasgow, sont accusés de trafic de drogue. 

Des clients qui entrent... et ressortent aussitôt les mains vides

La police est alertée au mois de juin, par une dénonciation : en plus des traditionnels paquets de pâtes et de cigarettes, l'épicerie proposerait des produits bien moins légaux à ses clients. À plusieurs reprises durant l'été les enquêteurs mettent en place une surveillance. Et à chaque fois, ils voient des clients entrer dans le magasin, et ressortir presque aussitôt, sans avoir visiblement rien acheté. Beaucoup de ces clients sont des toxicomanes connus de la police

1,1 kilo d'héroïne

L'interpellation d'un des clients permet de confirmer leurs soupçons : l'épicerie serait un lieu incontournable du trafic de drogue brestois. Le 17 septembre, ils interviennent donc dans le magasin. Ils retrouvent de l'héroïne, drogue peu fréquente dans la région, en quantité : 460 grammes, cachés dans les toilettes du magasin, mais aussi 94 grammes de coke, des produits pour couper la drogue, et 545 euros en liquide sur le gérant. 

À son domicile, à Sainte Sève, les policiers retrouvent aussi 600 grammes d'héroïne, cachés sous l'évier et dans la chambre, et 93 grammes de résine de cannabis dans un appareil de musculation.

Le gérant dit n'être au courant de rien

A l'audience, le procureur souligne qu'il y a tout le parfait attirail du trafiquant.  Mais le gérant, lui, nie tout : il n'était pas au courant de la présence de la drogue retrouvée dans son commerce et chez lui. Le fusil semi-automatique de calibre 22, chargé et prêt à l'emploi ? Il s'agit simplement d'une passion pour les armes, pas du tout d'une mesure de précaution face à d'autres dealers. Il accable son employée, qui trafiquait à son insu, affirme-t-il.

Le juge perd patience, et peine à croire qu'il n'ait rien vu, ni la drogue, cachée en partie dans son tiroir à chaussettes, ni la balance de précision sur sa propre table de nuit, ni le trafic, qu'un autre salarié a pourtant décrit aux policiers.

L'employée tente de prendre toute la faute sur elle

À ses côtés, l'employée, une jeune femme de 18 ans arrivée à Brest au début de l'année, tente de prendre toute la faute sur elle, sans pouvoir expliquer précisément où était cachée la drogue ou comment elle se l'est procurée. Elle répond laborieusement, s'emmêle dans les dates et dans les quantités. "Soit vous avez de gros problèmes de mémoire, soit vous vous foutez de nous" rétorque le juge. "Comment alors que vous n'étiez en Bretagne que depuis 8 mois avez-vous pu devenir la revendeuse d'héroïne de la place de Brest ?"  Là non plus, le procès ne permet pas d'obtenir de réponse, et ses explications ne convainquent pas le tribunal. 

La jeune femme écope de 18 mois de prison ferme. Son patron, déjà condamné à plusieurs reprises pour consommation et trafic de stupéfiants, est condamné à quatre ans de prison ferme, interdiction de gérer un commerce pendant 15 ans, et de détenir une arme pendant 5 ans. La justice a également ordonné la fermeture immédiate de l’épicerie le Papillon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu