Faits divers – Justice

Bretagne : l’argent du casse du Crédit Mutuel de Paimpol refait surface !

Par Johan Moison, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu mercredi 13 janvier 2016 à 12:44 Mis à jour le mercredi 13 janvier 2016 à 16:07

Les gendarmes ont interpellé quatre personnes mardi dans les Côtes d'Armor et en Seine-et-Marne et saisi plus de 250 000 euros. Il pourrait s'agir d'un partie de l'argent dérobé lors du casse d'une banque à Paimpol en 2013.

Mardi les gendarmes ont interpellé quatre nouveaux suspects dans l'affaire du cambriolage du Crédit Mutuel de Paimpol. D'autres personnes avaient déjà été interpellées au début de l'année 2015, près de deux ans après les faits. C'est la gendarmerie qui annonce ces nouvelles arrestations mercredi matin sur son compte Twitter. 

Nous sommes en août 2013 au lendemain du festival des Chants de Marins à Paimpol. Des cambrioleurs percent le mur du Crédit Mutuel et s'emparent des recettes du festival déposées quelques heures plus tôt par les organisateurs et des commerçants. Plus de 450 000 euros dont 350 000 en espèces, disparaissent ! Une longue enquête commence alors... 

Des billets dans de fausses cloisons

Une première vague d'interpellations a lieu dans une même famille des Côtes d'Armor en février 2015. Lors des perquisitions avec des chiens spécialisés dans deux maisons de Paimpol et Pleudaniel, les gendarmes découvrent des billets cachés dans des boites de chaussures et des fausses cloisons. Il y a là plus de 100 000 euros ! Une partie du butin du festival vient de refaire surface mais le compte n'y est pas. Les enquêteurs de la section de recherches de Rennes et de la brigade de recherches de Lannion poursuivent leurs investigations, discrètement... 

Des interpellations en Seine-et-Marne et dans les Côtes d'Armor

Mardi, à l’aube,  deux couples sont arrêtés dans les Côtes d'Armor et en région parisienne. Bingo ! Les gendarmes découvrent dans un coffre en Seine-et-Marne plus de 250 000 euros en numéraires. S'agit-il du reste du butin?  Les gendarmes espèrent avoir des réponses lors des gardes à vue. Si c'est le cas, pourquoi les cambrioleurs n'ont pas dépensé l'argent volé?