Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bretagne : la justice ordonne la démolition d'un calvaire récemment rénové

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Le tribunal administratif de Rennes a ordonné le 5 novembre la démolition du calvaire de Plorec-sur-Arguenon (Côtes-d'Armor). Les membres de l'association locale de conservation du patrimoine religieux avaient rénové l'édifice en 2018. Ils sont aujourd'hui sont sous le choc.

Pierre Allory président de l'association pour la sauvegarde du patrimoine religieux de Plorec-sur-Arguenon
Pierre Allory président de l'association pour la sauvegarde du patrimoine religieux de Plorec-sur-Arguenon © Radio France - Johan Moison

Dans une décision du 5 novembre dernier, le tribunal administratif de Rennes demande au département des Côtes-d’Armor de procéder à "l’enlèvement des trois croix installées à l’intersection des routes départementales 60 et 89 dans le délai de trois mois". 

ECOUTEZ L'histoire du calvaire en sursis

Érigé en 1946, rénové en 2018

Devant le calvaire restauré, à l'entrée du bourg, Pierre Allory le président de l'association pour la sauvegarde du patrimoine religieux de Plorec-sur-Arguenon est "abasourdi, abattu et démoralisé"

Nous avions fait toutes les demandes nécessaires pour rénover ce calvaire dans le respect de la loi de 1905, explique Pierre Allory

Le département, propriétaire du terrain sur lequel est implanté le calvaire depuis 1946 avait notamment donné son autorisation pour les travaux de rénovation de la grande croix, d'aménagement d'un enclos, d'installation de deux nouvelles petites croix en granite. 

"Calvaire illicite" selon la fédération de la libre pensée

C'est un habitant de la commune, membre de la fédération de la libre pensée qui a demandé la démolition de ce calvaire jugé "illicite". Selon lui, l'édifice implanté sur le domaine public n'est pas conforme à la loi de séparation des Eglises et de l'Etat de 1905. Le tribunal vient donc de lui donner raison. La fédération de la libre pensée parle de "victoire". "Qui aura le courage de venir démonter ces croix ?", s'interroge Pierre Allory qui regrette aussi "le manque de tolérance dans cette affaire". 

Le calvaire est situé sur le domaine public au croisement de deux routes départementale
Le calvaire est situé sur le domaine public au croisement de deux routes départementale © Radio France - Johan Moison

Le département qui a trois mois pour démolir le calvaire "est en train d'étudier toutes les solutions qui permettront de satisfaire tout le monde".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess