Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bretagne : le piratage informatique d'entreprises et de particuliers augmente avec le confinement

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Avec la crise sanitaire, les services d'Orange CyberDéfense installés près de de Rennes (Ille-et-Vilaine) observent une augmentation des attaques informatiques visant les entreprises, les hôpitaux ou les particuliers. Une situation qui pourrait s’aggraver avec le déconfinement.

En Ille-et-Vilaine, le site d'Orange Cyberdéfense observe une augmentation des attaques informatique
En Ille-et-Vilaine, le site d'Orange Cyberdéfense observe une augmentation des attaques informatique - Orange Cyber défense

Depuis le début de la crise sanitaire, le site d'Orange Cyberdéfense à Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine) voit le nombre d'attaques informatiques augmenter. Des hackers qui s'en prennent aux particuliers, aux entreprises mais aussi aux établissements de santé.

Une augmentation de 20 à 25%  

A Marseille ou Paris, des hôpitaux ont fait l'objet d'attaques informatiques depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Des attaques ciblées qui ont pour objectif de déstabiliser les centres hospitaliers en bloquant leur système informatique et en réclament une rançon. La Bretagne a aussi connu des tentatives de hacking d'après Orange Cyberdéfense, qui se définit comme le premier acteur européen de la cybersécurité, "mais le système résiste", insiste Baptiste Chevreau responsable du pôle cyber surveillance pour l'ensemble de la France.

"Ils le disent clairement, 'votre logiciel n'est plus fonctionnel, si vous voulez le récupérer, il va falloir passer à la caisse'", raconte Eric Dupuis, directeur régional Grand-Ouest d'Orange Cyberdéfense. 

Le jeu du chat et de la souris. 

Après la santé, la grande distribution, les médias et les banques sont aussi les cibles préférées des pirates informatiques. "Mais il s'agit d'entreprises souvent très bien équipées. Sur le secteur alimentaire par exemple, c'est une attaque tous les jours environ. Les hackers voient bien qu'on met en place des solutions, alors ils changent leur façon d'attaquer. C'est le jeu du chat et de la souris", précise Eric Dupuis. 

C'est pour cela que les 400 salariés d'Orange Cyberdéfense à Cesson-Sévigné continuent de travailler pendant le confinement. C'es d'ailleurs le seul site ouvert en France depuis le confinement.

Les attaques touchent aussi les particuliers 

Devant les moyens puissant des grosses entreprises qui ont des équipes informatiques pour protéger les données, les criminels du net s'attaquent également aux particuliers. Et le confinement a facilité les choses. "Les entreprises ont équipé les salariés pour le télétravail. Sauf que la sécurité chez eux n'est pas la même. Le wifi n'est pas sécurisé, ou alors ils ont téléchargé des jeux sur le pc du bureau pour occuper les enfants", souligne Baptiste Chevreau responsable du pôle cyber surveillance. 

Des actions qui auront des conséquences au moment du déconfinement. "Les entreprises vont récupérer des ordinateurs qui n'ont pas eu un usage très hygiénique, il va y avoir des choses a faire pour ne pas infecter  le réseau ou laisser traîner des menaces dormantes".

Pour cela, Orange Cyberdéfense, invite les entreprises à effectuer un nettoyage des machines avant un retour dans les locaux

Les propositions alléchantes par mail

Pour s'en prendre aux particuliers, les cybercriminels utilisent aussi une méthode bien connue appelée "fishing". Elle vise à envoyer des mails piégés. Les pirates s'adaptent à la situation et proposent en ce moment des masques ou du gel hydroalcoolique en vente sur des sites infectés.  Plus de 4 000 noms de domaine malveillants ont été enregistrés en quatre jours avec les termes "covid" et "coronavirus". 

"Il ne faut pas répondre ou ouvrir ces mails. Personne ne va vous proposer des masques ou une connexion Netflix gratuitement. Quand on reçoit un mail alors qu'on a pas sollicité l'entreprise, il faut le mettre à la poubelle", conclut Eric Dupuis, directeur régional Grand-Ouest d'Orange Cyberdéfense.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess