Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Incendies de janvier: risques d'éboulements, coulées de boues, des géologues aux côtés des habitants

jeudi 21 juin 2018 à 20:39 Par Marion Galland et Christophe Giudicelli, France Bleu RCFM

Le BRGM, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières, a présenté les conclusions de son étude réalisée après les incendies de janvier à Chjatra et Sant'Andria di u Cotone. S'il n'y a pas de risque majeur, plusieurs points noirs doivent être traités en urgence.

En contrebas de cette colline ravagée par les flammes, les maisons pourraient être touchées par des éboulements ou des coulées de boue
En contrebas de cette colline ravagée par les flammes, les maisons pourraient être touchées par des éboulements ou des coulées de boue © Radio France - Christophe Giudicelli

Après les incendies de janvier dans la région de Cervione, le préfet de Haute-Corse a mandaté le BRGM, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières, pour faire une étude des sols dans la région et évaluer les risques. Glissements de terrain, coulées de boue ou encore de chutes de roches, tous les scenarii peuvent être envisagés car la végétation, ayant brulé, ne retient plus la terre. Pour cette étude, les scientifiques sont allés voir les habitants qui leur ont signalé les endroits où ils avaient vu des roches sur les routes, des coulées de boue etc…

Les mêmes études avaient été faites après les incendies de Biguglia et de Sisco.

Une quinzaine de points noirs

Au final, pas de risque majeur, comme une grosse coulée de boue ou un important glissement de terrain, mais une quinzaine de points noirs très localisés à traiter en priorité, dont un menace une maison. Au mois de janvier, une pierre était déjà tombée sur le mur d’enceinte de l’habitation. 

Le BRGM a dressé la liste de points noirs à traiter en urgence - Radio France
Le BRGM a dressé la liste de points noirs à traiter en urgence © Radio France - Christophe Giudicelli

« Il y a des risques prioritaires sur la commune de Cervione », détaille Baptiste Vignerot, géologue au BRGM, « puisqu’il y a des talus rocheux importants au-dessus de la commune. Concrètement les risques sont la remobilisation de blocs dans les versants, ou même le départ de nouveaux blocs rocheux avec un potentiel d’atteinte sur la RD 71. Là il faut agir le plus rapidement possible». 

Baptiste Vignerot, géologue, "il faut agir rapidement"

L’étude va permettre de préciser la nature des travaux comme l’installation de filets « piège à roche ». 

Le casse-tête du financement des travaux

« Le BRGM est un outil d’aide à la décision qui est extrêmement précieux », note le préfet de Haute-Corse, Gérard Gavory. « Maintenant on va pouvoir mener des diagnostics plus approfondis pour mener les travaux. » 

Le préfet de Haute-Corse, les élus et les membres du BRGM  - Radio France
Le préfet de Haute-Corse, les élus et les membres du BRGM © Radio France - Christophe Giudicelli

L’interrogation porte désormais sur le financement de ces travaux. Pour les portions situées sur les routes cela sera assez simple puisqu’elles relèvent du domaine de compétence de la Collectivité de Corse. Les choses se compliquent sur les terrains particuliers. « Nous sommes sur des parcelles essentiellement privées », explique Marc Antoine Nicolai, le maire de Cervione, « il existe de l’indivision comme dans beaucoup d’endroits en Corse, donc il faudra déterminer comment on intervient, notamment s’il faut des autorisations. Il y a encore des questionnements qu’on espère pouvoir solutionner dans l’avenir ». 

Le maire envisage, en plus des travaux, de recommander la fermeture de l’ancienne DR71 entre Cervione et Sant’Andria di u Cotone en cas d’alerte météo.