Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre : Les grands-parents s'inquiètent à l'approche des fêtes de fin d'année en famille

-
Par , France Bleu Berry

La Toussaint et les fêtes de fin d'année sont des moments à vivre en famille. Et l'heure de moments de partage entre petits-enfants et grand-parents. Mais à cause de l'épidémie de coronavirus, ces retrouvailles pourraient être perturbées. L'inquiétude saisit les plus âgés.

La présidente de la Fédération nationale des associations et des amis des personnes âgées et de leurs familles (Fnapaef) Claudette Brialix
La présidente de la Fédération nationale des associations et des amis des personnes âgées et de leurs familles (Fnapaef) Claudette Brialix © Radio France - François Chagnaud

Isabelle compte bien retrouver ses petits-enfants pendant les fêtes de fin d'année. Mais avec une situation sanitaire incertaine, pas sûr que ce soit possible.  "J'ai un petit-fils de cinq ans. On se demande quand est-ce qu'on va le revoir...", s'inquiète-t-elle.

Les autorités sanitaires redoutent une reprise de l'épidémie. Ce qui n'est pas pour rassurer cette grand-mère. Alors Isabelle anticipe. Elle a déjà changé ses habitudes avec son petit-fils. Plus d'embrassades ni de câlins mais "un check avec le coude", sourit-elle. Mais la tentation est parfois trop forte. "Je suis allé le chercher à l'école il y a quelques jours. Il m'a sauté au cou. Mais il s'est corrigé lui-même !"

Si l'épidémie se renforce, Annabelle est prête à annuler le grand evènement familial de la Toussaint, les trois ans de sa petite-fille. "Nous devions nous réunir le 31 octobre, dans un gîte. Oncles, tantes, grands-parents ... On se laisse quelques jours avant d'annuler. On sent bien que le virus revient à tout va", s'inquiète-t-elle. 

"Arrêtons de faire croire que le risque zéro existe"

Des inquiétudes légitimes selon la présidente de la Fédération nationale des associations et des amis des personnes âgées et de leurs familles (Fnapaef) Claudette Brialix. Elle même grand-mère elle étrille un gouvernement qui couverait trop les aînés. Notamment les propos de Jean Castex qui la font bondir. Lors d'une conférence de presse du 27 août, le Premier ministre lançait : "Évitons que papy et mamie aillent chercher les enfants à l'école..." Claudette Brialix rétorque. "Arrêtons de faire croire que le risque zéro existe (...) et arrêtons de nous infantiliser !" 

Empêcher les grands-parents de voir leurs petits-enfants présenterait des risques sanitaires, selon la présidente de la Fnafaep. Elle veut éviter une dégradation de la santé mentale et physique des plus âgés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess