Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Brigitte Bardot condamnée pour injure publique à l'encontre de Willy Schraen, le président des chasseurs

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Le tribunal d'Arras vient de reconnaître Brigitte Bardot coupable d'injure publique à l'encontre du président de la fédération nationale des chasseurs. L'ancienne star de cinéma devenue défenseure des animaux a été condamnée à 5.000 euros d'amende.

Brigitte Bardot avait qualifié les chasseurs et leur président de "sous hommes" aux trognes d'vrognes
Brigitte Bardot avait qualifié les chasseurs et leur président de "sous hommes" aux trognes d'vrognes © Maxppp - Olivier Weiken et René Bych

Poursuivie pour injure publique, Brigitte Bardot s'était fait porter pâle lors de l'audience du 27 mai dernier. Âgée de 86 ans, l'ancienne star de cinéma avait fourni un certificat médical. Elle était poursuivie pour injures publiques à l'encontre des chasseurs et de leur président national Willy Schraen.

Dans un billet publié fin 2019 sur le site de la fondation qui porte son nom, Brigitte Bardot avait qualifié les chasseurs de "sous hommes" aux "tronches d'ivrognes" et porteurs des " gènes d’une barbarie cruelle héritée de nos ancêtres primitifs ". Citant même le président de la fédération "ce prédateur au gros visage plein de suffisance Willy Schraen".

Dans une lettre adressée au président du tribunal avant l'audience, l'ancienne égérie du cinéma français avait admis "des propos un peu rudes". Des propos qui sont pourtant toujours en ligne sur le site internet de sa fondation.

Au cours de l'audience, le procureur de la République avait requis 6.000 euros d'amende.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess