Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Britannique tué par son voisin près de Vire : le trou noir de l'accusé

mercredi 3 octobre 2018 à 23:10 Par Nolwenn Le Jeune, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu

Un homme de 31 ans est jugé pour meurtre par la cour d'assises du Calvados. Il avait tué son voisin, un Britannique de 70 ans, en octobre 2014 et jeté son corps dans un puits. Les faits n'avaient été découverts que cinq mois plus tard. L'accusé risque la réclusion criminelle à perpétuité.

La cour d'assises du Calvados juge pendant deux jours un homme de 31 ans pour le meurtre de son voisin près de Vire en octobre 2014.
La cour d'assises du Calvados juge pendant deux jours un homme de 31 ans pour le meurtre de son voisin près de Vire en octobre 2014. © Radio France - Nolwenn le Jeune

Caen, France

Le 29 octobre 2014, l'accusé, qui vit reclus dans la petite commune de Pierres dans le bocage virois, est surpris par son voisin, un retraité britannique, en train de lui voler de la nourriture. Il le tue et jette son corps dans un puits. Un geste qu'il ne s'explique pas devant les jurés de la cour d'assises du Calvados.

Paisible retraité britannique passionné de jardin

La rencontre aurait pu être tout autre entre les deux hommes. Entre d'un côté un jeune homme arrivé dans le bocage virois après un parcours de vie compliqué. Enfant solitaire, mis de côté par sa mère raconte sa soeur, élevé par son père. Quand ce dernier tombe malade et meurt, il se réfugie un peu par hasard en Normandie et achète avec l'héritage une petite maison de 20 m² dans un petit village où il vit dans le dénuement, coupé du monde. De l'autre côté, David King, paisible retraité britannique qui vit depuis une vingtaine d'années dans une maison qu'il a entièrement rénové, passionné de jardinage, généreux, qui n'arrivait jamais, racontent ses nombreux amis français et britanniques, sans offrir des légumes ou des confitures, toujours là pour aider.

Le trou noir de l'accusé

Jusqu'à ce matin tragique du 29 octobre 2014. L'accusé affamé a aperçu un grand congélateur dans l'appentis de son voisin et entre en cassant un carreau. Mais la victime arrive. L'accusé se cache, et quand le propriétaire entre c'est le trou noir. Quand il reprend ses esprits, la victime gît par terre. Il hésite à appeler les gendarmes, mais panique. Il lui attache alors les pieds avec une corde et le traîne sur une vingtaine de mètres jusqu'au puits. Puis il revient nettoyer les lieux. Le lendemain, il déplace la voiture jusqu'à Vire pour, dit-il, essayer de gagner du temps. Et pendant 5 mois, il fait comme si de rien n'était, allant même jusqu'à demander des nouvelles aux enfants de David King, venus d'Angleterre et d'Australie chercher leur père. Jusqu'à ce que les soupçons des enquêteurs, notamment deux chèques encaissés après la disparition, permettent de remonter  jusqu'à lui. Le corps de David King est découvert dans le puits le 8 avril 2015.

14 plaies sur le cuir chevelu

Ce trou noir pourrait être dû à une amnésie salvatrice explique un expert psychiatre, le refoulement d'un souvenir insupportable. Mais cela empêche de comprendre comment David King a été tué. Si sa mort résulte d'un traumatisme crânien majeur - 14 plaies  relevées sur le cuir chevelu notamment une qui lui a transpercé le crâne, dues à des coups de marteau, voire de pic-pioche - les experts ne peuvent qu'échafauder des hypothèses. Aucune certitude sur l'arme du crime ni sur le fait de savoir s'il était bien mort quand il a été jeté dans le puits.

Venue du bout du monde pour comprendre

La fille de David King est venue d'Australie pour comprendre. Elle raconte l'inquiétude insupportable pendant cinq mois. L'enquête qu'il a fallu relancer à distance, quand interpol a cru que son père était en Australie, alors que son passeport et ses médicaments étaient restés chez lui. Enfin le coup de fil en pleine nuit pour lui annoncer que le corps avait été retrouvé dans le puits. Et aussi, ses enfants de 10 et 8 ans qui adoraient leur grand-père. Le verdict est attendu ce jeudi soir.