Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Britannique tué près de Vire en 2014 : la perpétuité requise contre l'accusé

jeudi 4 octobre 2018 à 16:18 Par Nolwenn Le Jeune, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

La peine maximale a été requise ce jeudi par l'avocat général contre un homme de 31 ans, accusé d'avoir tué son voisin, un Britannique de 70 ans, en 2014 près de Vire dans le Calvados. Il avait fallu cinq mois aux enquêteurs pour découvrir le corps jeté dans un puits.

Le procès doit s'achever ce jeudi soir devant la cour d'assises du Calvados.
Le procès doit s'achever ce jeudi soir devant la cour d'assises du Calvados. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Caen, France

C'est assez rare dans un procès : l'avocat général a requis ce jeudi après midi la réclusion criminelle à perpétuité à l'encontre d'un homme de 31 ans, accusé du meurtre de son voisin en 2014.  Le corps David King, retraité britannique de 70 ans, avait été retrouvé au fond d'un puits 5 mois après sa disparition. Il avait été tué et jeté là par un voisin qu'il avait surpris en train de lui voler de la nourriture.

Un déchaînement de violence

Anticipant la ligne de défense de l'accusé, Gauthier Poupeau l'avocat général a frappé fort. Refusant tout d'abord que le meurtre puisse être requalifié en coups mortels. "Quatorze lésions ont été relevées sur son cuir chevelu, huit ont donné lieu à des plaies qui ont entamé la boite crânienne" rappelle-t-il. Une violence qui traduit un acharnement, un véritable déchaînement de violence, selon lui. Quant aux armes utilisées, quelles qu'elles soient -puisqu'un doute subsiste sur l'utilisation d'un pic pioche que l'accusé nie avoir utilisé - que ce soit ça ou un marteau ou des ciseaux à bois, "elles étaient toute lourdes, contandantes, tranchantes ou piquantes" détaille-t-il. Au moment des faits résume-t-il, l'accusé surpris en plein vol était animé d'une volonté de tuer. 

Amnésie fortuite

L'amnésie partielle, le trou noir invoqué par l'accusé sur la scène de violence, ne le convainc pas non plus. "C'est une stratégie de défense qui lui permet d'éviter de répondre aux questions, sur les armes utilisées notamment". Une amnésie qui s'explique selon les experts psychologues par le refoulement de violences trop extrêmes. "Amnésie fortuite" rétorque Gauthier Poupeau.

L'accusé donne le change pendant 5 mois

Quand à l'état de nécessité qui affleure depuis le début de l'audience, l'accusé ayant expliqué être affamé au moment des faits, "ça n'autorise pas à tuer un homme ! A voler oui, à tuer non !" tonne l'avocat général. Il lui aurait suffi d'accepter l'aide de ceux qui lui ont tendu la main, mais non, il est allé voler chez son voisin, a agi avec froideur "quand il prend le temps de nettoyer la scène, puis de se doucher chez la victime", lucidité "quand il positionne la voiture près d'une écluse pour faire croire à un suicide". Puis il donne le change pendant cinq mois, "aux enquêteurs, même aux enfants de David King a qui il demande des nouvelles !" 

La peine maximale requise

"Face à une personnalité qui pose question, qui reste dans la mise en distance, la banalisation", puisque l'accusé s'est rendu coupable d'autres vols de nourriture dans les environs après la mort de David King, "face à quelqu'un qui est incapable de se remettre en cause : je me dois de requérir la réclusion criminelle à perpétuité" conclut l'avocat général. C'est la peine maximale en droit français, Gauthier Poupeau réclame également une période sûreté des deux tiers. 

Des réquisitions qui sont contestées par l'avocat de la défense. Les jurés se retireront ensuite pour délibérer. Le verdict sera rendu dans la soirée.