Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Brive : exercice de l'autorité parentale suspendue pour une maman violente avec ses enfants

-
Par , France Bleu Limousin

A Brive, des parents viennent de comparaître devant le tribunal de la cité gaillarde pour des violences commises à l'encontre de quatre de leurs six ans. Père et mère écopent de prison avec sursis, l'exercice de l'autorité parentale est suspendu pour la maman.

Le tribunal de Brive, fermé au public pendant le confinement, a condamné le coupe de parents brivistes
Le tribunal de Brive, fermé au public pendant le confinement, a condamné le coupe de parents brivistes © Radio France - Nicolas Blanzat

Cette fois, c'est à leur encontre que la sanction est tombée et c'est la justice qui s'en est chargée. Les parents brivistes poursuivis pour des violences corporelles et des brimades à l'encontre de quatre de leurs six enfants a comparu ce mercredi devant le tribunal de Brive.

Exercice de l'autorité parentale suspendu et stage de responsabilité parentale

En cause des gifles et des insultes notamment, à l'encontre de quatre des six enfants du foyer, à cause de tâches ménagères mal faites entre autres. La mère de famille, dont les agissements apparaissaient davantage, est condamnée à six mois de prison avec sursis probatoire et des obligations de soins. Elle devra aussi suivre un stage de responsabilité parentale. Son exercice de l'autorité parentale lui est aussi suspendu pour six mois. A l'audience, selon le parquet, elle a fait valoir une enfance difficile et un mode d'éducation très strict, expliquant par exemple que les expressions " mongolien " ou " petit con " prononcées à l'encontre de ses enfants n'avaient rien de méchantes à ses yeux. Pas plus que les claques, " des petites tapes " selon elle. En revanche, le père, dont elle est séparée, a lui présenté ses excuses pour ses agissements passés et reconnu qu'il s'agissait bien de violences, comme ces coups de ceinture en plastique " testées sur son bras mais qui ne faisaient pas mal ". Lui est condamné à une peine de trois mois avec sursis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess