Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Brive : il entrait dans des maisons pour agresser des jeunes filles

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

Un Briviste de 26 ans a été condamné ce jeudi à 6 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Brive. En novembre et en décembre dernier il s'est introduit dans plusieurs maisons de la ville pour commettre des agressions sexuelles sur des jeunes filles.

L'homme qui comparaissait à Brive est inconnu des services de police.
L'homme qui comparaissait à Brive est inconnu des services de police. © Maxppp -

Brive-la-Gaillarde, France

Au soir du 25 décembre, une mère surprend un homme dans la chambre de sa fille de 12 ans. Ce dernier prend la fuite mais la femme repère sa voiture. 

Quelques temps plus tard, le père parti à la recherche de cette voiture la retrouve et avise la police. C'est ainsi que cet individu est identifié. La police surtout fait le lien avec d'autres affaires semblables. Depuis novembre, en effet, un homme a plusieurs fois réussi à rentrer dans des maisons à Brive et s'en est pris alors à des jeunes filles. 

Un suivi psychologique obligatoire

Ce jeudi, il ne comparaissait toutefois que pour deux cas, celui du 25 décembre et un autre : dans la nuit du 6 au 7 décembre, il était entré dans une résidence universitaire et il avait touché le sein d'une jeune femme avant de partir. Des faits que l'homme, marié et père d'un enfant et un autre à naître, reconnaît mais qu'il n'explique pas. 

D'ailleurs, sauf pour le cas dans la résidence universitaire, il n'y a pas vraiment attouchement mais plus des attitudes équivoques. Les prémices d'un comportement dangereux ou un passage isolé ? Cette condamnation à du sursis a l'avantage d'imposer un suivi psychologique de 18 mois au jeune homme. Pour les faits de novembre, il recomparaîtra en juillet.