Faits divers – Justice

Brûlée vive avec son yorkshire pour 200 euros

Par Bénédicte Courret et Monique Derrien, France Bleu Champagne-Ardenne lundi 23 juin 2014 à 6:00 Mis à jour le lundi 23 juin 2014 à 9:10

la justice (illustration)
la justice (illustration) © Ignatius Wooster - Fotolia.com

Le procès de Michèle Druon s'ouvre ce lundi aux assises des Ardennes à Charleville-Mézières. Cette quinquagénaire comparait pour l'assassinat de sa voisine et amie. Cette vieille dame est morte brûlée vive dans son fauteuil le 18 juillet 2011 à Maubert-Fontaine, dans le nord ouest des Ardennes.

La victime, Josette Choisy, avait 69 ans. Les deux femmes étaient voisines et amies. Elles étaient également des cousines éloignées. Michèle Druon est jugée ce lundi par les assises des Ardennes pour avoir mis le feu, avec de l'essence, au fauteuil de sa voisine, parce qu'elle refusait de lui donner 200 euros.

L'accusée a appelé les pompiers

C'est Michèle Druon elle-même qui appelle les pompiers cet après-midi-là à Maubert-Fontaine, dans le nord ouest des Ardennes. Elle affirme souffrir de blessures importantes provoquées, dit-elle, par le petit chien de sa voisine, un yorkshire nommé Juju. Version bien peu crédible pour ce qui ressemble plutôt à de très sérieuses brûlures aux bras et aux jambes. Et  justement, de l'autre côté de la rue, de la fumée s'échappe de la maison de Josette Choisy. Il faut appeler des renforts pour forcer les double-vitrages et découvrir le corps calciné de la vieille dame, le cadavre de Juju tout près d'elle.

Des flammes pour faire peur ?

Le procès qui s'ouvre ce lundi permettra peut-être de comprendre ce qui a pu pousser l'accusée à mettre le feu au fauteuil de sa voisine, une cousine éloignée dont elle était aussi l'amie. Michèle Druon l'avait sollicitée peu avant le drame, pour qu'elle lui donne 200 euros dont elle avait besoin. Mais Josette Choisy avait refusé. Et les flammes n'étaient destinées qu'à lui faire peur, c'est ce que devrait plaider la défense.