Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bruno Kopczynski, ancien syndicaliste d'Ascoval, soupçonné d'avoir détourné 300.000 à 400.000 euros

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

L'ancien élu CFDT au sein d'Ascoval, Bruno Kopczynski, est soupçonné d'avoir profité de son poste de trésorier au comité d'entreprise pour détourner 300.000 à 400.000 euros, au profit de sa propre société. Une plainte pour détournement de fonds a été déposée au parquet de Lille.

Bruno Kopczynski, figure du combat social de l'aciérie d'Ascoval à Saint Saulve. (Image d'archive)
Bruno Kopczynski, figure du combat social de l'aciérie d'Ascoval à Saint Saulve. (Image d'archive) © Radio France - Stéphane Barbereau

Il est l'une des figures syndicales du combat d'Ascoval, l'aciérie de Saint Saulve dans le Valenciennois. Bruno Kopczynski, ancien élu CFDT, est soupçonné d'avoir détourné entre 300.000 et 400.000 euros du comité d'entreprise, au profit de sa société personnelle. Il était trésorier du CE entre 2017 et 2019.

C'est après l'élection d'un nouveau comité économique et social en début d'année, et d'un changement de majorité syndicale, que les nouveaux élus ont découvert que des choses clochaient dans les comptes. Après une enquête approfondie, l'expert a découvert un trou dans la caisse. Le préjudice s'élèverait entre 300.000 et 400.000 euros. 

Une plainte et une procédure de licenciement

Une plainte a donc été déposée au parquet de Lille, pour détournement de fonds, et une procédure de licenciement pour faute grave a été lancée par la direction, pour défaut de loyauté. Elle suit son cours.

Michel Crépin, le secrétaire régional de la CDFT, se montre prudent en apprenant la nouvelle : il tient à la présomption d'innocence, mais de telles pratiques le choquent. "Le fait que cela puisse éventuellement venir de l'interne de la CFDT est quelque chose qui fait mal. Ceci dit, cela ne doit pas éclabousser l'ensemble d'une organisation." "C'est une situation individuelle, si toutefois elle était avérée, qui ne doit pas rejaillir sur l'ensemble des militants syndicaux."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess