Faits divers – Justice

Bugaled Breizh | Le ministère de la Défense britannique avoue avoir croché un chalutier irlandais

Par Pauline Kerscaven, France Bleu Breizh Izel et France Bleu jeudi 10 septembre 2015 à 11:54

Thierry Lemétayer et son avocate, à Truro.
Thierry Lemétayer et son avocate, à Truro. © Radio France - Pauline Kerscaven

En avril dernier, un chalutier irlandais manquait de couler. Aujourd'hui, le ministère de la Défense britannique avoue qu'un de ses sous-marins a croché le "Karen". Cette affaire en rappelle une autre, celle du "Bugaled Breizh", coulé en janvier 2004.

"Je suis assez partagé sur cette annonce." Thierry Lemétayer, fils de Georges, l'un des marins disparus, se bat depuis onze ans pour que la vérité éclate. Alors forcément, cette annonce du MOD, le ministère de la Défense britannique, ne lui a pas échappé.

Le 15 avril dernier, le Karen était en pêche en mer d'Irlande. "D'un coup, nous avons stoppé net et avons été tirés en arrière. Coup de chance, un des câbles qui tient le chalut a rompu. Sinon, on serait allés au fond", expliquait le patron du Karen, au journal Mirror

"L'équipage du sous-marin n'a pas identifié le Karen comme un chalutier en pêche" 

Penny Mordaunt, ministre de la Défense>

Après avoir nié toute responsabilité, le ministre de la Défense britannique a reconnu les faits le 7 septembre. "L'équipage du sous-marin n'a pas identifié le Karen comme un chalutier en pêche et il ne lui a donc pas laissé l'espace nécessaire, annonce Penny Mordaunt. Si le sous-marin avait eu conscience de cet incident, le protocole en vigueur aurait exigé que le sous-marin fasse surface et reste sur zone pour constater les faits."

Quelle conséquence dans l'affaire du Bugaled Breizh ?

Depuis le naufrage du Bugaled Breizh, les familles des victimes ont cru à l'implication d'un sous-marin. L'hypothèse n'a jamais été confirmée par la justice française. En Angleterre, une "inquest", un procès s'ouvrira en mars 2016.

Alors, l'affaire du Karen aura forcément un impact. "Ils ne pourront plus dire que leurs sous-marins ne coulent jamais de chalutiers. D'un autre côté, ils diront "vous voyez, quand il se passe quelque chose, on le dit"", explique Thierry Lemétayer.

Il va se concerter avec ses avocats pour voir s'il est pertinent d’appeler l'équipage du Karen à la barre. "Il faut voir quelles interactions les marins ont avec la marine, s'ils ont touché des indemnités." Les représentants du MOD seront eux aussi entendus à Truro, Cornouailles, en mars 2016

L'épave du Bugaled Breizh - Radio France
L'épave du Bugaled Breizh © Radio France - Mickaêl Roparz.