Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bus attaqué à Mérignac : "Il y a une explosion des incivilités sur le réseau depuis le premier confinement"

-
Par , France Bleu Gironde

Un bus a été la cible de tirs de mortier d'artifice ce jeudi soir, vers 19h15, à Mérignac. Il ne transportait aucun passager mais un chauffeur apprenti et son moniteur étaient présents. Selon Jean-Christophe Colombo, délégué syndical CFDT à la TBM, le nombre d'incivilités a explosé.

 Un bus a été la cible de tirs de mortier d'artifice ce jeudi soir, vers 19h15, à Mérignac. (illustration)
Un bus a été la cible de tirs de mortier d'artifice ce jeudi soir, vers 19h15, à Mérignac. (illustration) © Radio France - Audrey Dumain

Les chauffeurs du réseau TBM ont à nouveau été la cible de violences sur la métropole bordelaise. Un bus de la ligne 30 a été visé par des tirs de mortier d'artifice ce jeudi soir, à Mérignac, rue du Pont-de-Madame. Il ne transportait aucun passager au moment des faits mais un chauffeur apprenti et son moniteur étaient à bord. Le conducteur en formation s'est plaint d'un acouphène. Il a été transporté à l'hôpital Pellegrin et un plan de déviation des bus a également été mis en place. 

Malgré le dispositif de sécurité déjà proposé par le groupe Kéolis, gestionnaire du réseau TBM, les agents signalent une nette augmentation des incivilités lors de leurs services. C'est en tous cas ce que dénonce Jean-Christophe Colombo, délégué syndical CFDT des transports urbains à la TBM.

"La boule au ventre"

Selon Jean-Christophe Colombo, délégué syndical et également chauffeur de bus, "il y a eu une explosion des incivilités depuis le premier confinement" : "On note 300 % a peu près d'augmentation d'incivilités, c'est gravissime. Aujourd'hui, on parle de mortier on ne parle plus de jets de cailloux, les conséquences sont plus graves. Il y a eu en revanche un peu moins d'agressions de chauffeurs en 2020 car on a moins circulé mais c'est surtout la gravité qui a augmenté", explique t-il.

Selon lui, certains conducteurs viennent au travail avec "la boule au ventre" car "ils ne savent pas ce qu'il va se passer dans la journée". "Je pense que la population est sous tension et comme on est service public, on est sur le terrain et on prend un peu pour tout le monde", analyse le délégué syndical. 

De son côté, le groupe Kéolis confirme une augmentation des incivilités dans les transports en commun mais les agressions contre les chauffeurs n'ont pas été plus nombreuses en 2020 comparé à 2019. Face aux violences, le gestionnaire a déjà mis en place plusieurs mesures pour sécuriser ses agents, notamment un poste central de sécurité : "Tous nos véhicules sont en contact avec ce PC sûreté pour une intervention rapide", précise Pierrick Poirier. Le directeur général du groupe à Bordeaux souligne toutefois que les violences à Mérignac venaient de l'extérieur du véhicule : "On est donc davantage sur le rôle de la police nationale pour sécuriser l'environnement sur lequel nous sommes en circulation". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess