Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bus contre tramway à Reims : de la prison avec sursis demandée à l'encontre du chauffeur

lundi 7 janvier 2019 à 17:35 - Mis à jour le lundi 7 janvier 2019 à 19:05 Par Sylvie Bassal et Philippe Rey-Gorez, France Bleu Champagne-Ardenne

Le 20 avril 2017, une collision entre un bus et un tramway à Reims faisait 17 blessés. Le chauffeur du bus a comparu ce lundi 7 janvier devant le tribunal correctionnel de Reims pour blessures involontaires. Jugement le 4 février.

Accident entre un bus et un tramway
Accident entre un bus et un tramway © Radio France - Kevin Lambert

Reims, France

L'accident avait été spectaculaire. Alors qu'il s'était engagé sur le pont de Laon à Reims, un bus avait été percuté par un tramway. Le bilan faisait état de 17 personnes blessées dont deux plus grièvement. Moins de deux ans après l'accident, le chauffeur du bus était cité à comparaître ce lundi pour blessures involontaires. 

Le bus qui arrivait de la rue Roosevelt et roulait en direction de la rue Lesage s'était trouvé au milieu de la route à l'arrivée du tramway pourtant prioritaire. Le chauffeur du bus a-t-il grillé le feu rouge ? "_Non je suis bien passé au vert"_a-t-il expliqué à la barre.  Son avocat, Maître Carnoye,  invoque une possible panne du système : "l'homme n'est pas infaillible, mais la machine  non plus". Pour lui, il y a un doute. Le défenseur demande donc la relaxe. 

Dans son réquisitoire, le ministère public a demandé une peine de quatre mois de prison avec sursis et une suspension de six mois de son permis de conduire. Le jugement sera rendu le 4 février prochain.

Le tribunal a aussi entendu les  victimes, qui demandent des indemnités financières. Deux femmes, notamment, qui ont encore les séquelles des fractures qu'elles ont subi.  C'est la compagnie d'assurance qui prendra en charge ces indemnités. Le conducteur du tram lui aussi s'est constitué partie civile.  Profondément choqué, il n'a toujours pas pu reprendre le travail.