Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bygmalion : Henri Plagnol condamné à trois ans d'inéligibilité et un an de prison avec sursis

mardi 21 novembre 2017 à 8:09 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

L'ancien ministre Henri Plagnol a été condamné lundi à trois ans d'inéligibilité et un an de prison avec sursis pour avoir cautionné un système de fausses factures émanant d'une filiale de Bygmalion. A l'époque, il était maire de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne).

Justice
Justice © Maxppp -

Saint-Maur-des-Fossés, France

L'ancien maire divers droite de Saint-Maur-des-Fossés, ancien ministre, Henri Plagnol, a été condamné lundi. On lui reproche d'avoir approuvé des fausses factures qui venaient d'une filiale de l'entreprise de communication Bygmalion.

Le tribunal correctionnel de Créteil a suivi les réquisitions du parquet. Il a également condamné l'ancien maire à une amende de 8.000 euros. Il l'a déclaré coupable de complicité de détournement de fonds publics, des délits reprochés à trois de ses collaboratrices, qui écopent, elles, de peines allant d'un mois à un an de prison avec sursis.

Henri Plagnol et l'ensemble des condamnés doivent rembourser solidairement 230.000 euros à la ville de Saint-Maur, pour son préjudice matériel.

Henri Plagnol va faire appel

"On va immédiatement faire appel", a indiqué son avocate, Emmanuelle Kneuse. Lors de son procès en septembre, Henri Plagnol avait crié au complot politique. Il montrait du doigt son ancien adjoint frondeur et actuel maire de Saint-Maur, Sylvain Berrios, élu en 2014 au terme d'une élection fratricide.

C'est lui qui en 2013, alors qu'il venait de ravir son siège de député à Henri Plagnol, dénonce un marché de communication entre la ville de Saint-Maur et l'agence Idéepôle, filiale de Bygmalion. Un nom qui fait alors la une car cette société, dirigée par des proches de Jean-François Copé, est mise en cause dans l'affaire des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy.