Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Geneviève Legay, la militante blessée à Nice

Affaire Legay : le procureur de Nice ne voulait pas mettre Emmanuel Macron dans l’embarras

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Jean-Michel Prêtre, procureur de la République de Nice a, lors d'une audition avec sa hiérarchie, précisé qu'avoir dans un premier temps affirmé que Geneviève Legay n'avait pas été bousculée par un policier était une affirmation pour ne pas mettre Emmanuel Macron dans "l'embarras".

Jean-Michel Prêtre, procureur de la république de Nice
Jean-Michel Prêtre, procureur de la république de Nice © Maxppp - Jean François Ottonello

Nice, France

Le procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre, a expliqué à sa hiérarchie pourquoi il a dans un premier temps dédouané les forces de l'ordre, après que Geneviève Legay, militante d'Attac, a été grièvement blessée lors d'une charge policière à Nice le 23 mars dernier pendant une manifestation de gilets jaunes.  

Le procureur de Nice a ainsi affirmé qu'il n'avait pas voulu mettre Emmanuel Macron dans l'embarras "avec des divergences trop importantes" entre les versions. C'est ce qu'à dévoilé le journal Le Monde et que nous nous sommes fait confirmer auprès d'une source proche de l'enquête.

Une première puis une deuxième version

En mars dernier le président de la République avait en effet affirmé que Geneviève Legay n'avait "pas été en contact avec les forces de l'ordre". Quelques heures plus tard, Jean-Michel Prêtre avait assuré lui aussi, au cours d'une conférence de presse, que la militante n'avait "pas été touchée par les forces de sécurité". Ce n'est que quatre jours plus tard qu'il avait reconnu l'inverse: qu'un "policier isolé" avait bien "provoqué la chute" de Geneviève Legay.

À ce stade de l'affaire, aucune procédure disciplinaire n'est envisagée à l'encontre du procureur de Nice, qui est "libre de sa communication", a précisé la source proche de l'enquête.

Choix de la station

France Bleu