Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

"C'est à nous de devoir justifier qu'on est victime de viol, j'aurais préféré ne pas porter plainte"

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

C'est un témoignage fort qui révèle un malaise dans le Calvados. Celui d'Agnès, qui a porté plainte pour viol début 2019 et trouve la justice très lente, trop lente pour traiter son dossier. Ce sont des affaires complexes où la collecte de la preuve est longue répond le procureur. Enquête.

Agnès a porté plainte pour viol sous la menace d'une arme contre son ex compagnon en février 2019 et vit depuis dans l'angoisse de le croiser dans la rue.
Agnès a porté plainte pour viol sous la menace d'une arme contre son ex compagnon en février 2019 et vit depuis dans l'angoisse de le croiser dans la rue. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Caen, France

Dans le Calvados, des victimes et leurs avocats tirent la sonnette d'alarme. En plein contexte #metoo et après le Grenelle de lutte contre les violences faites aux femmes, ils dénoncent des délais selon eux anormalement longs et regrettent qu'il faille attendre si longtemps pour voir des agresseurs présumés se retrouver devant un tribunal.

Le sentiment d'être laissée dans un coin et de devoir se justifier d'être victime

Agnès* a porté plainte contre son ex compagnon en février dernier pour viol sous la menace d'une arme dans l'agglomération caennaise Depuis la procédure suit son cours. Trop lentement pour cette jeune femme qui vit dans l'angoisse.

Il surgit derrière moi dans la rue, il créé des faux comptes Facebook avec ma tête pour me traiter de prostituée, il menace de me brûler à l'acide. En fait il fait une fixation sur moi. Et il est dehors. Moi on me laisse me débrouiller avec ça. On me dit d'appeler la police s'il arrive, mais je n'ai pas le temps...

Agnès se sent menacée par son ex compagnon contre lequel elle a porté plainte pour viol. "Je regrette d'avoir porté plainte" confie-t-elle

Agnès regrette d'avoir porté plainte. "J'ai l'impression que c'est à moi de devoir justifier que je suis la victime. On me salit encore plus. J'aurais préféré oublier" conclut la jeune femme.

Les enquêtes pour viol sont généralement longues, ce qui explique les délais importants

"Le délai d'attente pour une victime quelle qu'elle soit, et d'un viol qui plus est, sera toujours trop long" reconnait Carole Etienne procureur de la république de Caen.

Il s'agit là d'infractions bien particulières explique Carole Etienne, procureure de la République de Caen. "Les délais sont longs par rapport à la difficulté de la collecte de la preuve, ce ne sont pas toujours des dossiers aussi lisses qu'on pourrait le penser" expose la magistrate. La preuve médicale n'existe pas toujours, c'est alors parole contre parole, car les aveux sont rares dans ce type d'infraction. "Il faut aller chercher des éléments très loin, très précis pour pouvoir placer quelqu'un en garde à vue. C'est une stratégie d'enquête" conclut-elle. Elle regrette une défaillance, "celle de ne pas savoir assez bien l'expliquer aux victimes".

"N'attendez pas le procès pour vous reconstruire" conseillent les avocats de victimes

Eux représentent les victimes et, en professionnels de la justice, ils jouent en quelque sorte le rôle de "tampon" entre les magistrats et les victimes. Malgré tout les avocats tirent la sonnette d'alarme. "Il faut attendre des mois avant qu'un dossier ne bouge", s'agace Sébastien Revel l'avocat d'Agnès. Et le problème se pose aussi quand il s'agit de représenter un mis en cause. "Quand il faut des mois pour qu'il soit entendu, il ne peut pas non plus donner sa version et reste dans la position d'agresseur présumé.

"N'attendez pas le procès pour vous reconstruire" conseille Aline Lebret, avocate, aux victimes de viol

"N'attendez pas le procès pour vous reconstruire" conseille Aline Lebret, avocate à Caen à ses clientes victimes de viol. "La plainte est importante, rappelle-t-elle, car il faut que les auteurs de ces crimes soient punis par la société. Mais les victimes ne doivent pas attendre un procès qui peut mettre des années à arriver pour se reconstruire". Agnès l'a bien compris, suivie par un psychologue, mais elle aimerait qu'un jour pas trop lointain, cette page douloureuse de sa vie se referme.

*prénom d'emprunt, la victime ne souhaite pas être identifiée

Quelques chiffres : le pôle famille est le plus important du parquet de Caen, il compte trois magistrats. Depuis le 1er janvier 2019, 279 plaintes pour viol ont été enregistrées : 167 concerne des mineurs, 112 des personnes majeures dont 15 par conjoints ou ex conjoints.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu