Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Attentat de Conflans : pour les enseignants de Reims, "C'est dur à réaliser"

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Au lendemain de l'assassinat d'un professeur d'histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), le choc est immense à Reims (Marne) chez les enseignants, deux d'entre-eux se confient à France Bleu Champagne-Ardenne. Une marche hommage est prévue ce dimanche dans la cité des sacres.

Un enseignant participant à une marche hommage devant le collège de Conflans-Sainte-Honorine ce samedi matin.
Un enseignant participant à une marche hommage devant le collège de Conflans-Sainte-Honorine ce samedi matin. © Maxppp - YOAN VALAT/EPA/Newscom/MaxPPP

Le corps enseignant rémois est sous le choc. 24 heures après l'assassinat de leur collègue à Conflans-Sainte-Honorine : un professeur d'histoire-géographie, Samuel Paty, âgé de 47 ans, décapité "parce qu'il enseignait, parce qu'il apprenait à des élèves la liberté de croire ou de ne pas croire", précisait vendredi soir le président de la République, Emmanuel Macron.

"Ça amène à se poser des questions sur ce qu'il peut nous arriver"

Yohan Odivart est professeur d'Histoire-Géographie à Reims (Marne). Il a appris la nouvelle par les médias. "C'est un sentiment assez terrible. Un choc. C'est quelque chose qui touche tous les enseignants, en général. Il y a une forme de sidération. C'est vrai que vu qu'on parle d'un professeur d'histoire-géo, forcément, ça amène à se poser des questions sur ce qu'il peut nous arriver", témoigne l'enseignant qui ne veut pas pour autant tomber dans la peur.

Même effroi pour Romain Ducornet, également professeur d'histoire-géo à Reims, très ému au moment de témoigner à notre micro. Il reconnaît avoir "eu un moment de déni. On se dit que ce n'est pas possible mais bon devant les faits on ne peut que s'incliner. Je me demande où je suis, dans quelle société est-on arrivé ?"  

"J'ai déjà montré ces caricatures, je le referai"

Cet attentat s'est produit au démarrage des vacances scolaires de la Toussaint. Dans leur tête, les enseignants pensent déjà à la rentrée : comment aborder ce drame avec les élèves ? "C'est compliqué. Je ne ferai pas semblant c'est évident, c'est clair qu'on en parlera, comme on a parlé de Charlie Hebdo après les attentats en 2015", explique Romain Ducornet.

Il y a cinq ans, après l'attaque de Charlie, Romain Ducornet s'était procuré le numéro avec les caricatures de Mahomet pour les montrer aux élèves, ce qu'a fait l'enseignant tué ce vendredi. " Jamais je n'aurai imaginé qu'un enseignant puisse être tué pour ça. Je l'ai fait plusieurs fois et depuis la rentrée on a une spécialité sciences politiques, on aborde le thème État et Religion. J'ai déjà montré ces caricatures, je le referai", martèle le professeur.  "Nous ne devons pas céder à la peur et continuer à enseigner la liberté d'expression, à débattre : c'est au programme, ce sont nos valeurs", lance Yohan Odivart.

Un rassemblement en hommage à Samuel Paty est prévu ce dimanche à 15h, autour de la fontaine de la solidarité, sur la place d'Erlon à Reims.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess