Faits divers – Justice

Cambriolé 53 fois, un commerçant condamné à 18 mois de prison avec sursis pour avoir tiré sur les malfaiteurs

Par La rédaction, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu jeudi 6 octobre 2016 à 10:21 Mis à jour le vendredi 7 octobre 2016 à 9:27

Pascal Rauber à son arrivée au tribunal d'Alençon ce matin
Pascal Rauber à son arrivée au tribunal d'Alençon ce matin © Radio France - - Michel Legorjus-

Il avait tiré sur des cambrioleurs, un commerçant ornais a été condamné à 18 mois de prison avec sursis ce jeudi par le tribunal correctionnel d'Alençon (Orne) pour violence avec arme. Ce vendeur de motos a été victime d'une cinquantaine de tentatives de cambriolages !

Pascal Rauber a été cambriolé deux nouvelles fois depuis les faits. Au total, il a donc été victime d'une cinquantaine de cambriolages ou tentatives de cambriolages. Le commerçant ornais a été condamné à 18 mois de prison avec sursis pour violence avec arme au tribunal correctionnel d'Alençon ce jeudi. Ses deux cambrioleurs ont été condamnés à deux ans de prison ferme.

Il arrive avec sa carabine

Le magasin de motos de Pascal Rauber est installé le long de la RN12 dans l'Orne. Zone prisée des malfaiteurs qui peuvent prendre la fuite très rapidement. Le 24 juin 2013, le commerçant est réveillé en pleine nuit par l'alarme. Il arrive sur place, avec son fusil de chasse, fait le tour du magasin mais ne voit rien. Une fois dehors, il manque de se faire écraser par une voiture qui démarre en trombe. Pascal Rauber tire. Il expliquera ensuite qu'il a essayé de viser les roues pour stopper le véhicule. Mais les deux malfaiteurs sont blessés. Un sérieusement à la tête. Ils réussissent malgré tout à s'enfuir et sont interpellés le lendemain à une centaine de kilomètres de là, à l'hôpital de Dreux (Eure-et-Loir).

Un comité de soutien

Pascal Rauber explique qu'il était excédé par les cambriolages à répétition, si nombreux que l'assurance ne voulait plus le prendre en charge. Sa situation avait d'ailleurs ému des élus, des clients et bien sûr ses proches, qui s'étaient réunis dans un comité de soutien. Ils avaient recueilli 16.000 signatures et étaient présents, ce jeudi, au tribunal d'Alençon pour le soutenir.

Partager sur :