Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

"Ça barde, ça ne rigole plus" témoigne Jocelyne, 68 ans, "gilet jaune" de l'Eure partie à Paris

samedi 24 novembre 2018 à 19:27 Par Delphine Garnault, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Jocelyne, 68 ans, qui vit à Beaumont le Roger dans l'Eure, est partie manifester seule ce samedi à Paris. Elle était au coeur de la manifestation sur les Champs Elysées et elle raconte à France Bleu Normandie.

Jocelyne est allée jusqu'à l'Arc de Triomphe ce samedi
Jocelyne est allée jusqu'à l'Arc de Triomphe ce samedi © Maxppp - Léon Tanguy

Normandie, France

Jocelyne, 68 ans, vit à Beaumont le Roger dans l'Eure. Dans la semaine, elle n'a pas pu aller sur les barrages de gilets jaunes mais ce samedi, elle a décidé d'aller à Paris pour manifester. Elle est partie seule en voiture de Beaumont et est allée jusqu'à Neuilly où elle a pris le métro pour se rendre jusqu'à l'Arc de Triomphe. Elle est arrivée sur les Champs Elysées un peu avant 10h. "Les gens sont sympas, ils ont les numéros de leur département sur leurs gilets jaunes, ils crient tous Macron démission".   Aux côtés de manifestants qui marchent sur les Champs Elysées, Jocelyne explique ne pas avoir peur "J'ai fait Mai 68, j'avais 18 ans ! Le général de Gaulle il est parti il avait 49% des voix. Macron je pense qu'il n'a même pas 20%"

Jocelyne sur la barricade au milieu des Champs Elysées 

Une heure et demi plus tard, Jocelyne nous raconte l'installation de barricades sur les Champs-Elysées. "Il y a plein de jeunes, on est en train de faire une barricade au milieu de la route avec tout ce qu’on trouve, avec des panneaux, des pots de fleurs, des chaises de restaurants, tout ce qu’on trouve pour empêcher les CRS d’avancer, parce qu’ils n’arrêtent pas de nous envoyer du gaz lacrymogène, ça pique", explique Jocelyne. 

Les manifestants ont monté des barricades - Aucun(e)
Les manifestants ont monté des barricades - Jocelyne

"Là, les gens sont montés sur des barricades et ça barde. Et ça barde. On n’est peut-être pas 50 000, mais on n’a pas besoin d’être plus parce que je vous assure que là, ça ne rigole plus. Il y en a qui ont même enlevé les pavés des rues, ça fait plaisir de voir que les jeunes se révoltent et que la France se réveille." 

Les gilets jaunes se sont notamment servis de barrières - Aucun(e)
Les gilets jaunes se sont notamment servis de barrières - Jocelyne

Y en a marre, on ne peut profiter de rien, travailler pour payer des factures, c’est tout ce qu’on peut faire", fustige la sexagénaire.    

A la question mais cette manifestation n'est pas autorisée ? La retraitée euroise répond tout simplement                 "Vous croyez qu'à la Révolution française en 1789, ils ont demandé l’autorisation  pour arrêter la misère. On ne peut pas tout accepter, ce n’est pas possible". Dans l'après midi, Jocelyne constate que le climat s'est durci "il y a quelques casseurs". 

En fin de journée, quelques débordements se sont produits. - Aucun(e)
En fin de journée, quelques débordements se sont produits. - Jocelyne

En fin de journée, Jocelyne est rentrée chez elle dans l'Eure et n'exclut pas de retourner la semaine prochaine à Paris s'il le faut. 

Jocelyne, 68 ans, à la mi journée sur une barricade aux Champs Elysées