Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"Ça suffit, j'en ai marre, je veux passer à autre chose" : Marin décide de ne pas faire appel

mercredi 9 mai 2018 à 15:31 Par Émeline Rochedy, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Il n'y aura pas de deuxième procès. Finalement Marin et sa famille ont décidé de ne pas faire appel du verdict de la Cour d'assises des mineurs du Rhône, qui a condamné l'agresseur du jeune homme à sept ans et demi de prison.

Marin qui a donné le coup d'envoi du match ASSE Bordeaux à Geoffroy-Guichard au lendemain des trois jours de procès à Lyon.
Marin qui a donné le coup d'envoi du match ASSE Bordeaux à Geoffroy-Guichard au lendemain des trois jours de procès à Lyon. © Maxppp - Yves Salvat

Lyon, France

"C'est Marin qui nous a dit lundi soir : ça suffit, j'en ai marre, je veux passer à autre chose", explique la mère du jeune homme qui se remet toujours de l'agression dont il a été victime à Lyon le 11 novembre 2016. Au départ, Marin voulait faire appel. "Moi je le soutenais dans cette décision, tandis que son papa ne le souhaitait pas. Ç'a été de longues décisions avec les avocats mais également entre nous."

Poursuivi pour "violences avec usage ou menace d'une arme suivie de  mutilation ou infirmité permanente", l'accusé, âgé de 17 ans lors des faits, encourait une peine maximale de 15 ans de réclusion, réduite à sept ans et demi avec l'excuse de minorité. L'avocat général ne l'avait pas retenue, vendredi 4 mai, lors de ses réquisitions, en préconisant 14 ans de prison du fait de la violence de l'agression  - trois coups de béquille sur la tête - à la limite d'une tentative d'homicide, selon les avocats. Il avait demandé aux jurés de ne pas retenir l'excuse de minorité, en vain.