Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cadavre retrouvé dans une valise à la Rochelle : l'accusée devant les assises à Saintes

mardi 5 septembre 2017 à 18:35 - Mis à jour le mardi 5 septembre 2017 à 20:50 Par Antoine Miailhes, France Bleu La Rochelle et France Bleu

Une femme de 58 ans est jugée ce mercredi 6 septembre devant les assises de Saintes pour meurtre. En 2013, elle a tué une quinquagénaire qu'elle avait invitée chez elle. Le corps avait été retrouvé dans une valise. L'histoire est assez étrange puisque les deux femmes se connaissaient à peine.

Le tribunal de grande instance de Saintes
Le tribunal de grande instance de Saintes © Radio France - Jules de Kiss

La Rochelle, France

Les deux femmes se connaissaient depuis 15 jours et sur cette période, elle ne se sont vues que quelques fois. Leur dernière rencontre, c'est un dimanche après-midi. Elles se baladent dans le centre de La Rochelle, et la femme de 58 ans invite la victime à venir goûter à son domicile, près de l'hôpital. C'est lors de la collation que ça dégénère.

Des troubles psychiatriques importants

D'après les enquêteurs, elle ne supporte pas que son invitée parle trop fort. Pour la faire taire, elle lui donne plusieurs coups de couteau. Elle essaie ensuite de faire disparaître le corps dans une valise.

L'accusée était-elle consciente de ses actes ? Pour son avocate il n'y a aucun doute, elle n'était pas elle même au moment du meurtre. Certains experts mandatés parlent de troubles psychiatriques importants.

Trois mille euros en liquide et un billet de train

Du côté de la famille de la victime on a du mal à croire cette version. D'autant plus qu'au lendemain des faits, quand la police vient l'interpeller, l'accusée a sur elle 3.000 euros en liquide et un billet de train pour rentrer en Bretagne. C'est là que vit sa famille. La cour d'assise de Charente-Maritime va donc devoir se forger son opinion et ce ne sera pas simple. D'après l'avocat de la partie civile, l'accusée s'est montrée peu bavarde. Il a même peur de ne jamais obtenir d'explications.