Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Caillassages de tramway à Chenôve : le ras-le-bol du personnel du réseau Divia

-
Par , France Bleu Bourgogne

Jeudi soir, une rame de tramway a été caillassée à Chenôve près du terminus. Depuis trois mois, ces actes se multiplient. La CGT a lancé une procédure d’alarme sociale pouvant aller jusqu’au préavis de grève.

La CGT demande l'arrêt de la desserte de Chenôve sur la T2, après 20 heures
La CGT demande l'arrêt de la desserte de Chenôve sur la T2, après 20 heures © Radio France - Jacky Page

Chenôve, France

Jeudi soir, près du terminus de la ligne T2 à Chenôve, une rame du tramway a été attaquée par plusieurs jeunes qui ont lancé des pierres. Le pare-brise a été endommagé ainsi qu’une vitre latérale. Keolis Dijon Mobilités a mis en place la procédure habituelle, comme le précise Thomas Fontaine, le directeur général : « on arrête l’exploitation à titre préventif, et on fait ce qu’on appelle une levée de doute, en partenariat avec la police, pour voir si les personnes qui ont caillassé peuvent encore nuire ou non. Quand cette levée de doute n’est pas satisfaisante, on est contraint d’arrêter l’exploitation. C’est ce qui s’est passé jeudi soir. »

Une vingtaine de caillassages depuis le mois de mai

Frédéric Pissot est représentant syndical CGT au comité d'entreprise. Il était de service jeudi soir et a pu rencontrer le conducteur de tram agressé : « _il m’a dit qu’il tremblait et qu’il avait de l’anxiété à devoir desservir ce quartier_. Il avait des débris de verre au niveau du bras, une passagère qui avait vu passer le projectile pas loin d’elle était venue se réfugier en larmes vers le conducteur. On a évité le pire, parce que j’ai vu l’impact, ça visait la tête du conducteur ».

A la direction, Thomas Fontaine, qui rend hommage à son personnel,  a fait les comptes : une vingtaine de caillassages depuis le mois de mai, sachant que ne sont pris en compte que ceux qui occasionnent des dégâts notables. Deux conducteurs ont été blessés par des bris de vitres. A la maintenance, les mécaniciens sont sous pression. Il leur faut réparer au plus vite la rame endommagée, pour qu’elle puisse être remise en service dès le lendemain. Les contrôleurs eux aussi sont victimes d’incivilités et d’agressions. Dans le quartier Junot mercredi, selon le délégué CGT, l’un d’entre eux a été visé par les projectiles en plastique d’une réplique d’arme Airsoft.

Une alarme sociale, et peut-être un préavis de grève

La coupe est pleine. La CGT a lancé une alarme sociale, une procédure qui pourrait si elle n’est pas suivie d’effet déboucher sur un préavis de grève. Le syndicat réclame l’arrêt de la desserte de Chenôve le soir après 20 heures« pour faire comprendre à l’ensemble de la population que ce n’est plus possible de laisser faire de tels actes de violence gratuite sur un service de service public de transport ». Par ailleurs, l’idée d’exercer leur droit de retrait commencerait à faire son chemin chez les conducteurs.