Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Calais : il appelle Police secours et invente une agression par des migrants

-
Par , France Bleu Nord
Calais, France

Mardi, les forces de l'ordre ont été mobilisées à Calais, après un appel à Police secours. Selon ce témoin, une personne âgée était attaquée par 5 migrants armés de couteaux. Mais l'homme avait tout inventé. Il a été placé jeudi en garde à vue.

L'appel à Police Secours pourrait lui coûter cher
L'appel à Police Secours pourrait lui coûter cher © Maxppp - PHOTOPQR/VOIX DU NORD

L'appel au 17 a provoqué mardi un vaste déploiement des forces de l'ordre: policiers, CRS et gendarmes mobiles ont tenté de retrouver la victime d'une agression. Selon l'auteur du coup de fil, une septuagénaire était attaquée par 5 migrants, munis de couteaux. 

Mais les fonctionnaires mobilisés n'ont trouvé ni victime, ni agresseur, et n'ont plus réussi à joindre par téléphone ce mystérieux témoin. Rapidement, ils ont découvert que cette attaque était totalement inventée, et pourtant, elle a été relayée mercredi encore à de nombreuses reprises sur les réseaux sociaux.

Le plaisantin a finalement été interpellé jeudi et placé en garde à vue. L'enquête a révélé que ce jeune d'une vingtaine d'années, déjà connu des services de police, n'en serait pas à son premier appel malveillant.  

Celui-là pourrait lui coûter cher, en fonction des suites qui seront données par le Parquet de Boulogne-sur-Mer.  Le délit de dénonciation de crime imaginaire est en effet passible d'une peine de 6 mois de prison et d'une amende de 7.500 euros.

"C'est un geste complètement incivique", déplore-t-on au commissariat de Calais, "Pendant que nous avons perdu du temps à trouver un faux agresseur, nous n'étions pas là pour venir en aide à des personnes qui avaient, elles, besoin de nous."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess