Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Calvi : le Mar a Beach n’est plus !

lundi 14 janvier 2019 à 17:44 Par Patrick Rossi et Maxime Becmeur, France Bleu RCFM

Une page se tourne sur la presqu’île de la Revellata à Calvi. Le Mar a Beach, paillote installée sur le site depuis 20 ans est rasée suite à une décision de justice.

La paillote du Mar a Beach n'est plus !
La paillote du Mar a Beach n'est plus ! - @telepaese.corsica

Calvi, France

Quand la contrainte financière l’emporte !

Finie la polémique autour du Mar a Beach à Calvi. Les pelleteuses sont entrées en scène réduisant à l’état de gravas la paillote installée depuis plus de 20 ans sur la presqu'île de la Revellata à Calvi. La structure se trouvait sur le domaine public maritime, sur un terrain appartenant au Conservatoire du littoral. Le propriétaire de la paillote détruit depuis quelques jours la structure.

Des décisions irréversibles

En mai 2018, la justice avait ordonné l’expulsion de Franck Maraninchi. Il disposait d’un délai d’un mois pour remettre le site en état sous peine d'une amende de 1.000 euros par jour de retard. 

La première mise en demeure par les services de l'Etat date de l'année 2000. Ayant utilisé toutes les voies de recours possibles, le propriétaire du Mar a Beach a cessé de faire de la résistance. 

Me Joëlle Acquaviva : " une adhésion face à des décisions judiciaires irréversibles"

« Me Joelle Acquaviva, l’avocate de Franck Maraninchi » : « forcément, nous avons opté pour une stratégie d'adhésion dans la mesure où les différentes décisions judiciaires sont irréversibles. 

L'histoire n'a que trop duré

Soutenu par les associations de commerçants de Calvi et de L'Ile-Rousse mais également par le conseil municipal de Calvi, Franck Maraninchi était en revanche montré du doigt par les associations de défense de l'environnement. U Levante, par exemple, s'était à plusieurs reprises élevé contre cette occupation. 

Michèle Salotti : "Il n'y avait qu'une solution : la démolition"