Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cambrioleur tué à Vançais : la thèse de la légitime défense rejetée

vendredi 17 novembre 2017 à 11:09 Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou

Le Procureur de la République de Poitiers l'a annoncé jeudi 16 novembre 2017 : le retraité de 63 ans qui a tiré sur 2 cambrioleurs mardi soir à Vançais, dans les Deux-sèvres a été mis en examen ce vendredi matin pour meurtre et tentative de meurtre. Impossible de retenir la légitime défense.

Le Procureur de la République de Poitiers, Michel Garrandaux, entouré de Mélanie Renaud, magistrate de permanence et du commandant de la Section de recherches de la gendarmerie de Poitiers
Le Procureur de la République de Poitiers, Michel Garrandaux, entouré de Mélanie Renaud, magistrate de permanence et du commandant de la Section de recherches de la gendarmerie de Poitiers © Radio France - Isabelle Rivière

Vançais, France

On en sait plus sur ce qu'il s'est passé à Vançais, dans les Deux-sèvres, dans la nuit de mardi à mercredi 14 et 15 novembre 2017. Un habitant de la rue de Saulniers, âgé de 63 ans, tire sur 2 cambrioleurs, en tue un et blesse l'autre. Le retraité a tout raconté lors de sa garde à vue, et suite à cette audition, il a été mis en examen pour meurtre et tentative de meurtre ce vendredi 17 novembre 2017 dans la matinée et placé en détention provisoire.

La légitime défense rejetée

Pour le Parquet, impossible de retenir la légitime défense dans cette affaire : d'abord parce-que la tentative de cambriolage n'a pas eu lieu au domicile même du couple mais dans un hangar agricole annexe, ensuite parce que les cambrioleurs n'étaient ni violents, ni menaçants. Il n'y a pas eu effraction.

"Pour qu'il y ait légitime défense, il faut aussi une certaine proportionnalité dans les moyens de riposte, ce qui n'est pas le cas ici"", précise le Procureur de la République de Poitiers, Michel Garrandaux.

Les cambrioleurs n'étaient pas dans la maison du couple

Mais pour bien comprendre ce qu'il s'est passé, il faut connaître la configuration des lieux.

A Vançais, la rue de Saulniers est complètement dépourvue d'éclairage public. Le couple de retraités, installé dans la commune depuis une quinzaine d'années, a sa maison d'un côté de la rue, et possède, en face, de l'autre côté de la voie, un terrain avec un hangar et un cabanon.

Un fusil chargé et pré-équipé

Déjà cambriolé par le passé, le retraité de la SNCF a muni la parcelle d'un système de détection. Aussi, quand l'alarme anti-intrusion se déclenche cette nuit-là, vers 2 heures du matin, le retraité se saisit aussitôt de son arme près du lit : une carabine 22 long riffle, chargée et pré-équipée d'un laser et d'une lampe longue distance. Il n'est pas chasseur et a pris cette arme pour se protéger, explique-t-il, lors de sa garde à vue.

Fusil à l'épaule, il ouvre sa fenêtre, et sans rien voir, tire sur le mur d'en face, en guise de sommation. Dans la foulée, il confie un projecteur à sa femme, lui demande de continuer à éclairer le terrain d'en face, s'habille et descend fusil à la main. Une fois sur le terrain, il ne découvre aucune trace d'effraction. La porte de la grange est fermée. Celle du cabanon, entrouverte. Pour en avoir le coeur net, le propriétaire lance un "Sortez, où je tire". C'est à ce moment là que les 2 cambrioleurs se montrent.

Il leur a tiré dans le dos

Ils sont cagoulés. Le retraité leur demande de retirer leurs masques, mais le plus jeune s'enfuit. Il est de dos quand le propriétaire tire et le blesse à la jambe.

Il reste alors avec le deuxième cambrioleur, le tient en joue, quand tout à coup, sans qu'on sache vraiment pourquoi : a-t-il été poussé ? A-t-il fait un malaise ? At-il été gêné par sa forte corpulence ? le propriétaire de 63 ans tombe par terre.

Le malfaiteur de 32 ans en profite pour tenter de s'échapper. Là encore, le vieil homme lui tire dessus. Dans le dos. La balle traverse le poumon avant de ressortir. Le fuyard succombera à ses blessures un peu plus tard, dans sa fuite, à Lusignan.

Le retraité n'a pas été menacé

Le retraité le dit lui même aux gendarmes de la section de recherches de Poitiers : A aucun moment, il ne s'est senti en danger face à ces 2 cambrioleurs.La légitime défense ne peut-être légalement retenue. C'est donc pour meurtre et tentative de meurtre qu'il va être poursuivi. Son épouse, âgée de 50 ans, elle, est sortie de garde à vue. Aucune charge n'est retenue contre elle.

Le cambrioleur blessé toujours hospitalisé

Le cambrioleur blessé, âgé de 20 ans, pour sa part, sera entendu en garde à vue dès que sa santé le permettra. Il est toujours hospitalisé au CHU de Poitiers. Concernant son profil, il était déjà connu des services de police, de gendarmerie et de justice pour des délits. Il a reconnu avoir mené avec son comparse décédé plusieurs cambriolages dans la région, et notamment dans la commune de Vançais.

Le propriétaire poursuivi avait quant à lui déposé une seule plainte l'été dernier pour un vol de VTT dans sa grange. Mais des voisins évoquent "plusieurs cambriolages dans la rue". Ce qu'a confirmé le Procureur de la République de Poitiers Michel Garrandaux.