Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

L'observatrice de la LDH poursuivie pour entrave à la circulation relaxée

-
Par , France Bleu Hérault

Le tribunal correctionnel de Montpellier a relaxé Camille Halut, l'observatrice de la Ligue des droits de l'Homme de Montpellier poursuivie pour entrave à la circulation lors d'un rassemblement de gilets jaunes en avril sur l'autoroute A709.

Camille Halut, observatrice de la LDH de Montpellier  dans les studios de France Bleu Hérault
Camille Halut, observatrice de la LDH de Montpellier dans les studios de France Bleu Hérault © Radio France - France Bleu Hérault

Montpellier, France

Relaxe prononcée à l'encontre de Camille Halut ce jeudi matin par le tribunal de correctionnel de Montpellier. L'observatrice de la Ligue des droits de l'Homme de Montpellier avait comparu mardi, poursuivie pour "entrave à la circulation" lors d'une manifestation de gilets jaunes en avril dernier sur l'A709.

À l'audience mardi, le parquet avait requis une peine de 150 euros d'amende contre elle. La représentante du parquet a estimé que Camille Halut, étudiante en droit de 26 ans et observatrice de la LDH sur les violences policières, avait "contribué à entraver la circulation, lors d'une manifestation des gilets jaunes le 6 avril sur l' autoroute A709 à Montpellier."

De son côté, Camille Halut a assuré à la barre qu'elle était restée dans son strict rôle d'observation et son avocat Michel Tubiana avait dénoncé "des pressions" exercées sur elle depuis des mois par certains policiers, estimant qu'il y avait une tentative de les "museler".

Dans son jugement jeudi, le président du tribunal a déclaré que "sur le fond, le tribunal s'interroge de l'entière procédure", ajoutant que les policiers ont recherché une infraction à posteriori alors que Camille Halut était déjà identifiée. 

"Votre présence n'a rien changé à la situation qui était déjà bloquée, vous n'avez commis aucun acte hors de votre mission d'observation." (Jugement du tribunal correctionnel de Montpellier)

Camille Halut comparaîtra de nouveau devant le tribunal correctionnel de Montpellier le 12 décembre. Elle a été interpellée le samedi 21 septembre lors de la manifestation des gilets jaunes  pour " dissimulation de visage et rébellion ."

.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu