Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Canicule : des maires de Seine-Saint-Denis alertent contre l'ouverture des bouches à incendie

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La maire d'Aubervilliers en Seine-Saint-Denis a dénoncé ce mercredi les ouvertures sauvages de bouches à incendie, qui se multiplient avec la chaleur. Avec d'autres maires du département, elle en appelle à l'Etat pour éviter "des accidents" et faire cesser le gaspillage de l'eau.

Dans une rue de Pantin, ce mercredi 21 juin
Dans une rue de Pantin, ce mercredi 21 juin © Radio France - Rémi Brancato

Aubervilliers, France

Le phénomène n'est pas nouveau : chaque été, les ouvertures de bouches à incendie se multiplient à Paris et dans toute l'Île-de-France. Une fois ouverte, les enfants et les adolescents profitent de la douche sur les trottoirs, pour se rafraîchir. L'an passé déjà, la ville d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, tentait de mettre fin au phénomène. avec un dispositif spécial, imaginé par un technicien de la ville, pour rafraîchir les passants sans utiliser toute l'eau du réseau (voir notre vidéo).

Une centaine d'ouvertures quotidiennes en Seine-Saint-Denis

Mais ce "kit d'Eauber" n'a pas pu être généralisé et la mairie a recensé près d'une vingtaine d'ouvertures quotidiennes. Sur le territoire de Plaine Commune (qui regroupe 9 villes autour de Saint-Denis) 53 bouches ont été ouvertes ce mardi, une centaine sur tout le département de Seine-Saint-Denis, souvent de façon simultanée ce qui rend compliqué les interventions pour les fermer.

"On a essayé l'éducation, la pédagogie, la médiation, mais stop, on ne peut plus, l'Etat doit prendre ses responsabilités" estime ce mercredi Mériem Derkaoui, maire (PCF) d'Aubervilliers, qui organisait une conférence de presse avec les maires de Stains, Saint-Denis, l'Île-Saint-Denis, La Courneuve et Pantin pour dénoncer le phénomène et demander un rendez-vous au préfet pour obtenir des solutions. Ils réclament une "enveloppe financière" pour financer une sécurisation des bouches qui ne pourraient plus être ouvertes que par les pompiers.

Incendie, accident, agression : de nombreux dangers en cas d'ouverture intempestive

Car si l'apparition de ces geysers en pleine rue peut paraître ludique, elle est aussi dangereuse. Les élus mettent en avant le risque en cas d'incendie qui se produirait à proximité d'une bouche ouverte et donc inutilisable pour les pompiers, mais aussi le danger de blessures pour les jeunes enfants. Ce mardi, "un enfant s'est pris la pression sur le thorax et a eu un hématome" raconte ainsi Mohamed Gnabaly le maire de l'Île-Saint-Denis.

Les élus dénoncent aussi des agressions sur les agents de Veolia, le distributeur d'eau, les pompiers ou encore les agents municipaux, qui interviennent pour fermer les bouches et demandent plus de moyens policiers pour intervenir.

Enfin, l'ouverture des bouches à incendie conduit souvent à une baisse de la pression des réseaux, qui perturbe la distribution dans les étages élevés des immeubles, sans même parler du gaspillage engendré par le phénomène, un argument qui, visiblement, ne convainc pas les jeunes. Veolia et le SEDIF (syndicat des eaux d'Île-de-France) ont même réalisé un clip de prévention, avec le rappeur Youssoupha, à ce sujet, sans réussir à enrayer le phénomène pour l'instant.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu