Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cannes 2019 : une famille nordiste révoltée par le film d'Arnaud Desplechin

-
Par , France Bleu Nord

"Roubaix, une lumière", le film d'Arnaud Desplechin sélectionné en compétition officielle au festival de Cannes, s'inspire du meurtre d'une retraitée en 2002 dans le Nord. La famille de la victime s'insurge et a tenté de contacter le réalisateur nordiste, en vain.

Ludivine, Pascal, Michel Demesmaeker avec leur portrait de leur mère Micheline
Ludivine, Pascal, Michel Demesmaeker avec leur portrait de leur mère Micheline © Radio France - Sarango

Roubaix, France

La 72e édition du festival de Cannes s'ouvre ce mardi soir avec 21 films en compétition et notamment un long-métrage signé par le Nordiste Arnaud Desplechin avec au casting Roschdy Zem, Léa Seydoux et Sara Forestier. "Roubaix une lumière" s'inspire d'un fait divers qui remonte au 16 mai 2002 : Micheline Demesmaeker, 73 ans, avait été tuée dans une courée du quartier du Pile par deux voisines toxicomanes et alcooliques.

Aucune réponse du réalisateur nordiste 

C'est par un reportage télévisé que Pascal Demesmaeker, le fils de Micheline, a appris ce projet de film. "Arnaud Desplechin expliquait qu'il voulait rendre de l'humanité aux meurtrières". Une phrase qui révolte Ludivine, la petite fille de Micheline. "Elles ont mis sa croix dans sa bouche, l'ont frappée avec un plâtre, lui ont brisé les côtes et bu des bières autour de son cadavre" souligne-t-elle.

Où est l'humanité dans tout ça ? s'interroge Ludivine, la petite fille.

Révolté aussi : Michel, le fils de Micheline, pour qui l'origine sociale des tueuses ne justifie rien. "Moi aussi j'ai grandi dans ce quartier, mais je n'ai ni volé ni tué" insiste-t-il. "Ce n'est pas une excuse". Michel et sa famille ont tenté de contacter Arnaud Desplechin par mail puis par son attaché de presse avant de se rendre sur le tournage du film en janvier à Roubaix. Mais ils n'ont jamais eu de réponse.

Alors voir ce film sélectionné au festival de Cannes, ça a été le coup de grâce : "il faut considérer que c'est un grand film avec de grands acteurs ?" se demande Michel. "Il ne mérite pas un prix". La famille hésite encore mais envisage malgré tout d'aller voir le film au cinéma pour protéger la mémoire de Micheline Demesmaeker.