Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cantal : remise en liberté de l'ancien curé de Massiac, accusé d'agressions sexuelles sur mineurs

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu

Incarcéré depuis septembre 2018, le père Philippe Pouzet a obtenu ce mardi du juge d'instruction un placement sous contrôle judiciaire strict. Il est poursuivi avoir agressé sexuellement ou violé quatre enfants d'une même famille cantalienne sur une période de plus de cinq ans.

L'église de Massiac dans le Cantal
L'église de Massiac dans le Cantal

Après une première demande infructueuse devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Riom en septembre dernier, la seconde effectuée auprès du juge d'instruction en charge du dossier aura été la bonne. Poursuivi pour des agressions sexuelles et des viols sur quatre enfants d'une même famille cantalienne entre 2012 et 2018, le père Philippe Pouzet a obtenu ce mardi sa sortie de prison assortie d'un contrôle judiciaire strict, comme le révèlent nos confrères du journal La Montagne. L'ancien curé de Massiac était placé en détention provisoire depuis le 14 septembre 2018.

Il va quitter la région

Le père Pouzet avait été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans" en septembre 2018. Deux mois plus tard, de nouvelles révélations avaient convaincu le juge d'instruction clermontois d’une mise en examen supplétive "pour viol sur mineur de 15 ans". L'homme d'église, âgé de 66 ans, a été officiellement démis de ses fonctions en septembre dernier. L’avocat clermontois du père Pouzet, Me Frédéric Franck, a réagi ce mardi dans les colonnes du quotidien régional. "Mon client, qui était détenu depuis presque deux ans, va pouvoir quitter dans les prochaines heures la maison d’arrêt d’Aurillac et sera hébergé loin de la région Auvergne-Rhône Alpes. Cette mise en liberté est assortie d’un contrôle judiciaire strict". 

C'était un très proche de la famille, les enfants l'appelaient tonton - Christophe, le père des victimes 

Christophe, le père des quatre enfants (une fille et trois garçons) victimes présumées de l'ancien curé, avait témoigné en janvier 2019 sur France Bleu Pays d'Auvergne. "C'est d'abord ma fille qui nous a signalé des gestes déplacés, mains sur les fesses, baisers... Son frère a craqué et a reconnu qu'il n'y avait pas que ça... Des fellations et des viols... Petit à petit, on a découvert l'impensable. Ça a été un tsunami. C'est tout qui s'effondre. Une trahison de la part de ce père qu'on recevait à la maison. C'était un très proche de la famille. Les enfants l'appelait tonton." 

Le père de famille massiacoise affirme avoir subi des pressions de la part de l'église pour étouffer l'affaire. "C'est peut-être un peu utopique, mais si je témoigne, c'est pour que les gens parlent. Que ce ne soit plus un sujet tabou. On m'a demandé d'éviter de parler aux médias et de régler ça en famille. Mais je ne me tairai pas. Je veux que ça aille au bout et que toutes les responsabilités soient établies. Ce sont des hommes d'église qui (les) couvrent, je ne peux pas l'admettre... Il faut que toute la lumière soit faite. Pour le bien de l'église..." 

Cette sortie de détention de l'ancien curé de Massiac, dont les faits reprochés peuvent le conduire devant une cour d'assises, ne devrait pas atténuer la détermination de Christophe dans son combat pour la vérité.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu